Un député de l’émigration a interpellé cette semaine, les services concernés sur les conditions d’accueil des ressortissants algériens au niveau des gares maritimes en Algérie. Il s’agit du parlementaire Tewfik Kheddim qui dit avoir saisi le ministre des Finances et le directeur général des Douanes. 

Dans sa correspondance adressée à ces responsables qu’il a publiée sur sa page Facebook, le député de l’émigration fait état des retards enregistrés dans la vérification des bagages des passagers. Chose qui engendre des désagréments à ces derniers.

Il indique ainsi que le premier passager sort du port une heure ou plus après l’arrivée du navire. Alors que le dernier, soutient-il, n’en sort que plus de dix heures après. Pour Tewfik Kheddim, cela relève d’un véritable cauchemar qui peut dissuader les Algériens de voyager par bateau.

Le parlementaire relève un fait interpellant. Il souligne que le contrôle n’est pas systématique mais sélectif, ce qui donne lieu à des doutes sur certaines pratiques. Des pratiques qui ont été soulevées en fait, par un autre député il y a quelques jours.

Un choix sélectif pour les contrôles

Il s’agit de Brahim Dekhinet qui a évoqué lors d’un point de presse animé jeudi 26 mai dernier, des soupçons de rackets dont seraient victimes des ressortissants algériens au niveau les ports du pays. Selon lui, ces derniers sont en effet, sollicités par certains agents pour leur verser quelques sous en contrepartie des facilitations et des aides au niveau des ports algériens.

Brahim Dekhinet qui n’a cependant pas accusé tous les fonctionnaires des ports, a affirmé qu’une enquête a été menée par des députés sur ce phénomène soulevé justement par des « agents intègres ». Un rapport a été établi suite à ces investigations et se trouve actuellement chez les services concernés appelés à intervenir pour mettre fin à ce fléau, avait affirmé le même député.

Tewfik Kheddim a invité également le ministre des Finances et le directeur général des Douanes afin d’intervenir pour mettre un terme à ce problème et permettre du coup aux algériens d’être accueillis dans de meilleurs conditions au niveau des ports algériens