Bagarre en plein vol Paris – Alger d’Air France : deux Algériens condamnés

0
Avion Air France
Avion Air France

Le tribunal correctionnel de Dar El Beida à Alger a condamné dimanche, deux jeunes algériens, à six mois de prison ferme. Les deux sans-papiers expulsés de France avaient semé le chaos à bord de l’avion d’Air France. Selon l’information rapportée par le journal arabophone Ennahar, les mis en cause ont été arrêtés à leur arrivée à l’aéroport international d’Alger.

Le tribunal correctionnel de Dar El Beida a condamné les deux jeunes hommes qui étaient en séjour irrégulier sur le territoire français à six mois de prison ferme, chacun. M. Mohamed, 38 ans, originaire de la wilaya d’Oran, et A. Messaoud, originaire de la capitale Alger ont été expulsés de territoire français à bord d’un avion d’Air France.

Les deux hommes auraient semé le trouble à bord de l’avion. Les membres de l’équipage ont signalé l’incident aux autorités algériennes qui ont interpellé les deux voyageurs à leur arrivée à l’aéroport international d’Alger.

Les deux accusés ont été poursuivis pour mise en danger de la vie d’autrui et de sortie irrégulière du territoire national. Ils ont bénéficié de la procédure de comparution immédiate.

Ils nient toutes les accusations

Devant le juge, les deux jeunes hommes sont tenus à nier toutes les accusations portées contre eux. M. Mohamed, affirme que lors de l’incident et pendant le vol, il a quitté son siège, pour se rendre dans les toilettes. Il indique être surpris, à son retour par l’hôtesse de l’air et ses accompagnateurs qui ont procédé à la confiscation de son passeport.

L’accusé a nié avoir allumé une cigarette dans l’avion, soulignant que l’odeur de la cigarette émanait des toilettes, niant toutefois, en être l’auteur.

Quant au deuxième accusé, A. Messaoud, il affirme n’avoir commis aucun acte contraire à la loi. Selon sa version des faits, ce qui s’est passé sur ce vol d’Air France, n’a rien de criminel. En effet, le jeune homme explique qui s’il a coupé le siège sur lequel il était assis, c’est à cause de la panique et de la peur. Indiquant qu’il voyageait pour la première fois dans un avion.

Le procureur de la République avait requis une peine d’un an d’emprisonnement et d’une amende exécutoire de 100 000 dinars algériens contre chacun des accusés. Après délibération, le président de la cour a décidé de condamner chacun des prévenus à six mois de prison ferme.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici