La communauté algérienne au Canada se mobilise comme un seul homme afin de prendre en charge les soins d’une mère algérienne, subitement tombée malade alors qu’elle rendait visite à sa fille aînée, à Manitoba, au Canada.

Il s’agit de Denia Bouchentouf, âgée de 65 ans et praticienne en Algérie. Elle était chez sa fille, depuis le 7 juillet dernier, avant qu’elle ne retrouve hospitalisée aux soins intensifs à Winnipeg. La sexagénaire ne pouvait plus effectuer aucun geste et souffrait aussi d’unmanque d’oxygène.

Après avoir passé des nuits à l’Hôpital Saint-Boniface, Mme Bouchentouf est soumise actuellement aux soins intensifs du Centre des sciences de la santé de Winnipeg, où elle récupère doucement ses forces. « Elle arrive maintenant à manger et à parler. Elle a encore des problèmes d’oxygène surtout quand elle dort. Elle a encore des moments d’hallucination et de délire. Les médecins sont dans le flou et ne savent pas encore ce qu’il en est concernant les hallucinations », a raconté sa fille, Fatma Abed, à Radio Canada.

Le formidable élan de solidarité de la diaspora algérienne

Face à cette épreuve, la diaspora algérienne au Canada à leur tête Merouane Abed, un ami de la famille, ont recouru un élan de solidarité sous forme de sociofinancement. La famille de la patiente ainsi que ses proches se trouvent, cependant, face à une facture importante dont l’hospitalisation a coûté jusqu’à présent, à elle seule, plus de 37 000 $.

« On a pris une assurance de 50 000 $. Une nuit à Saint-Boniface c’est 12 000 $, ici c’est sûr que c’est encore plus. Ça fait une semaine qu’elle est à l’hôpital. L’assureur m’a dit qu’il y a seulement cinq tests qui peuvent être couverts », explique le gendre de Mme Bouchentouf, Karim Mesbahi.

La mobilisation de tout le monde a soulagé les proches de la patiente. En effet, la campagne de financement participatif partagée sur les réseaux sociaux a atteint 18 800 $, lundi après-midi.

« On a vraiment trouvé une communauté, je ne savais qu’on était aussi entouré que ça, je les remercie. Seul on ne pourrait pas [tout payer]. On est loin de notre famille et c’est notre deuxième famille », a déclaré Fatma Abed.

En attendant, le bon rétablissement de Denia Bouchentouf et son retour  saine et sauve sa famille en Algérie, la mobilisation de la diaspora algérienne dans les moments difficiles est à saluer.