Le nombre des refus essayés par les algériens demandeurs de visas pour la France est tout simplement phénoménal. Des députés seraient aussi concernés par ces refus. Selon le site panarabe, El Arabi, 150 hommes politiques n’auraient pas pu avoir de visas l’année écoulée.

L’année 2021 est particulièrement marquée par une crise entre la France et l’Algérie. Comme conséquence, plusieurs députés algériens, ainsi que leurs familles, auraient été privés de visas Schengen par le consulat de France en Algérie.

Cela est liée notamment à la décision politique du président Emmanuel Macron de supprimer le privilège d’obtention de visas pour les responsables algériens. Ces mésententes ont alimenté les relations franco-algériennes pendant des mois au point de ne pas accorder de visas aux parlementaires algériens.

150 hommes politiques n’ont pas eu de visas Schengen

Cette situation s’est accentuée lorsque l’Algérie s’est montré, aux yeux des français, non coopérante au sujet de l’expulsion d’algériens en situation irrégulière. Seulement 83 personnes ont été expulsés sur les quelques 4.700 Algériens qui vivent dans la clandestinité sur le sol français.

La France a usé de son autorité pour refuser l’octroi de visas pour en faire un moyen de pression et de chantage. A en croire le site arabophone, 150 hommes politiques et des membres de leurs familles n’ont pas eu de visas Schengen. La France juge cette décision de réduction des visas comme « très efficace ».

Faire pression sur le gouvernement algérien

C’est Emmanuel Macron qui a donné ces instructions pour réduire, de moitié, les visas accordés aux Algériens, y compris les cadres et responsables politiques. La France a choisi cette manière d’agir pour faire pression sur le gouvernement algérien et l’inciter à accueillir ses ressortissants expulsés.

Et le comble, le consulat de France n’a pas jugé utile de fournir des explications ou motiver ces refus. A défaut de donner des précisions, les recours et demandes d’explications adressée par la commission des affaires étrangères du Parlement sont restés sans suite.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici