La France a définitivement abandonné le pass sanitaire imposé aux voyageurs étrangers, dans le cadre des mesures sanitaires de lutte contre le coronavirus. Mardi 26 juillet, le Sénat a adopté en effet le projet de loi sanitaire qui consacre la « fin des régimes d’exception ». 

Il faut dire que le retour au pass sanitaire, au niveau des frontières, était envisagé par le gouvernement français, suite au rebond du coronavirus dans de nombreux pays. En France, le parlement n’était pas de cet avis et avait opposé son véto, estimant que la situation n’était pas aussi alarmante.

Des modifications ont été ainsi apportées au projet de loi sanitaire proposé par le gouvernement. Les parlementaires ont en effet rayé la possibilité d’une réinstauration du pass sanitaire. Ledit projet a été adopté, mardi, par le Sénat, emboîtant ainsi le pas à l’Assemblée nationale

Concrètement,  la nouvelle loi, qui entrera en vigueur le 1er août prochain, met définitivement fin à l’urgence sanitaire. L’ensemble des mesures prises pour lutter contre le Covid-19, tant à l’intérieur qu’au niveau des frontières, ont été officiellement levées. Autrement dit, le confinement, le port de masque, la distanciation sociale… c’est de l’histoire ancienne.

Le test PCR négatif imposé si…

C’est également le cas du pass sanitaire qui fait désormais partie du passé. Cela dit, une restriction pourra être imposée aux voyageurs étrangers, dans le cas où le coronavirus fait un retour fracassant. Il s’agit du test nasopharyngé PCR, qui pourrait etre exigé au niveau des frontières.

Cela dépendra cependant de l’évolution de la situation sanitaire. Si le Covid enregistre un rebondissement ou qu’un variant dangereux apparaît, la France sortira la carte de ce test qui sera dès lors réclamé aux voyageurs étrangers âgés de 12 ans et plus.