Le président algérien Abdelmadjid Tebboune s’est exprimé une nouvelle fois, sur la crise diplomatique entre l’Algérie et la France. pour le chef de l’Etat « il faut bien que ces relations reviennent à la normale, à condition que l’autre partie (la France) les conçoive sur une base d’égal à égal, sans provocation », a-t-il déclaré vendredi, lors d’une rencontre avec la presse nationale.

Le président de la République  a prédit « un retour à la normale » des relations entre les deux pays. À condition qu’elles se fassent sur une base d' »égal à égal ». « Nous sommes d’accord pour qu’on traite l’un avec l’autre pour ne pas nuire aux intérêts de chaque partie, mais nous n’accepterons pas qu’on nous impose quoi que ce soit », a déclaré Tebboune.

Les relations diplomatiques entre l’Algérie et la France connaissent une crise sans précédent qui dure depuis plusieurs semaines. Tout était parti suite à des déclarations controversées contre l’Algérie tenues le 30 septembre dernier par le président français, Emmanuel Macron. Ce jour-là, le président français n’a pas du tout été tendre avec les dirigeants algériens. Pis encore, le locataire de l’Elysée est allé jusqu’à remettre en cause l’existence même de l’Etat algérien avant 1830.

Une crise qui dure

Cette sortie n’a pas été pour plaire à Alger. Sa réaction a été, le moins que l’on puisse dire, très musclée. Le chef de l’Etat algérien et son gouvernement ont tout de suite rappelé l’ambassadeur de l’Algérie à Paris pour « consultations ». Ils ont également fermé l’espace aérien pour l’aviation française.

Quelques jours après, l’Elysée a affirmé que « le président de la République (Macron) regrette les polémiques et les malentendus engendrés par les propos rapportés » et « il est fortement attaché au développement de la relation ». De son coté, Abdelmadjid Tebboune a tenu des propos forts à l’encontre de Macron où il a notamment affirmé qu’il ne fera jamais le premier pas pour remettre les relations entre les deux pays sur rails.