Deux ans après l’arrêt brutal du trafic aérien, suite aux mesures de confinement et aux fermetures de frontières liées à l’épidémie de Covid-19, les avions redécollent partout dans le monde. Une reprise qui a été, malheureusement, marquée par plusieurs incidents en raison du manque de navigabilité des appareils. Du coté d’Air Algérie, le problème ne s’est même pas posé et la reprise se déroule dans de très bonnes conditions.  

Cela peut paraître paradoxal, mais un avion qui ne vole pas est un avion qui s’abîme. L’opération d’entretien et de maintenance des avions pendant plus de deux ans n’est pas une mince affaire. Pour être prêts à redécoller le moment venu, les avions cloués au sol doivent être entretenus régulièrement.

Les équipes de maintenance d’Air Algérie avaient du pain sur la planche. D’autant plus que leurs effectifs ont été réduits dès le début du confinement. Le secteur de l’aviation espérait évidemment une reprise rapide des vols.  Mais non sans appréhension. Car, une reprise rapide des opérations expose les avions à un risque réel de pannes et de problèmes techniques.

C’est d’ailleurs ce qui est constaté chez plusieurs compagnies mondiales. En revanche, du coté d’Air Algérie, aucun incident n’a été signalé depuis la reprise C’est en grande partie grâce au travail minutieux des techniciens de la compagnie aérienne nationale.

La base de maintenance transformée en filiale

D’ailleurs, la base de maintenance d’Air Algérie s’est transformée en 2021 en filiale. Elle est « l’une des plus grande en Afrique ». Selon les responsables de la compagnie aérienne nationale, la filiale maintenance d’Air Algérie est appelée à occuper une place « importante » au niveau africain.

La nouvelle filiale répond actuellement à tous les besoins nationaux de maintenance d’Air Algérie, de Tassili Airlines, et d’autres compagnies privées. Elle ambitionne également d’élargir son champ d’intervention à l’international.

Air Algérie avait désigné un directeur général et un conseil administration pour cette filiale. La compagnie a entamé une procédure judiciaire en vue d’évaluer son capital, estimé initialement à plus de 500 millions de dollars.