Malgré le gel de l’activité de l’importation des véhicules en Algérie, 10 000 voitures ont été importées durant le seul mois de janvier 2022 par des particuliers.  Ce chiffre a été donné ce jeudi 3 mars, par le ministre de l’industrie Ahmed Zeghdar, en marge d’une visite de travail à Chlef.

Les particuliers algériens sont autorisés à importer des véhicules neufs. 10 000 unités ont été importées de l’étranger au cours du mois de janvier dernier.  Un chiffre qui renseigne sur l’engouement des Algériens sur les véhicules en dépit de gel de l’importation.

Tant que l’activité de l’importation est gelée et les concessionnaires n’ont pas encore repris, avoir une voiture neuve relève du « luxe » pour les Algériens.  Les particuliers et les entreprises d’import-export comblent ce vide et compensent l’absence d’agents. Ils inondent les ports au grand bonheur des algériens qui voient enfin des voitures 2022 envahir le marché !

La promotion de ces voitures neuves à vendre se fait par leur exposition sur les trottoirs. Toutefois, les prix connaissent une augmentation faramineuse et dépassent toutes les attentes. De nombreux opérateurs dans le secteur de l’automobile ont profité de cette situation marquée par sa rareté sur marché pour introduire des véhicules en Algérie en coopération avec des sociétés étrangères d’exportation et de transport.

La licence des moudjahidines pour remplacer la licence d’importation

« Ces importateurs » acheminent les véhicules achetés soit avec la licence des moudjahidines, soit avec des cartes grises après avoir payé les taxes et les droits de douane. Cependant, ces voitures restent accessibles à une minorité d’Algériens qui peuvent se le permettre à des prix faramineux. Tandis que la majorité sera privée de ce « luxe » de posséder une nouvelle voiture.

Le ministre algérien de l’Industrie a indiqué par ailleurs, que l’industrie automobile demeure un secteur stratégique pour l’économie du pays. Il souligne dans ce sens, l’avancée des contacts avec de grandes entreprises mondiales en vue d’asseoir  une véritable industrie tournée vers l’exportation à long terme.