La suspension de l’activité d’importation des véhicules a plongé le marché algérien dans une situation d’anarchie et de flambée des prix. Annoncée plusieurs fois, l’incertitude plane toujours sur la reprise de l’importation de véhicules. Depuis 2021, les importations de voitures neuves par des particuliers sont autorisés, mais à quel prix ?

Bien que le gouvernement ait gelé l’importation de voitures depuis 2017 avec la mise à l’arrêt des usines de montages de véhicules, les voitures neuves entrent toujours en Algérie en grande quantité.

En effet, l’importation de véhicules par les particuliers avec leurs propres moyens n’est pas interdite par la loi. C’est d’ailleurs, le seul moyen possible pour acheter sa propre voiture. Pour palier à l’indisponibilité des voitures sur le marché algérien, les particuliers et certains concessionnaires se rabattent sur l’importation de voitures de l’étranger.

L’acquisition d’une voiture européenne est possible !

Désormais, le marché de l’automobile européen, après la relance du secteur de l’automobile depuis la crise sanitaire, est très attractif. Il est abondant de très bonnes occasions en voitures de marques européennes. L’acquisition d’une voiture européenne française, allemande, italienne ou bien espagnole et l’immatriculer en Algérie est donc, possible.

Cette alternative peut s’avérer très judicieuse pour espérer posséder un modèle super équipé à un prix plus bas qu’en Algérie. Pour ne pas être dépassé par les formalités d’immatriculation en Algérie, bien se renseigner est nécessaire afin de mener à bien le projet d’importation d’une voiture d’Europe.

Dispositif Certificat de Changement de Résidence « CCR »

Le Dispositif Certificat de changement de résidence (CCR) permet aux Algériens résidents à l’étranger d’importer des véhicules. Tout Algérien qui habite à l’étranger depuis plus de 3 ans, peut en effet importer et immatriculer un véhicule étranger dans le cadre du CCR.

Ce dispositif pour les étrangers algériens souhaitant rentrer définitivement en Algérie n’est autorisé qu’une une seule fois. Cette importation sera exonérée de droits et taxes douanières si :

  • Le véhicule est un véhicule de tourisme ou utilitaire neuf
  • Le véhicule doit disposer du certificat de conformité européen ou COC
  • Le certificat de conformité européen est un document obligatoire pour bénéficier de ce dispositif CCR.
  • Il permet d’assurer les formalités douanières et l’obtention de la carte grise algérienne.

Toutefois, sans le certificat de conformité européen, il ne sera pas possible d’immatriculer une voiture en Algérie.

Conditions d’obtention du CCR

Le certificat de conformité européen est nécessaire pour importer une voiture étrangère en Algérie.  Les conditions d’obtention du CCR sont donc :

  • Être âgé de plus de 19 ans.
  • Être immatriculé au consulat à titre principal.
  • N’avoir jamais bénéficié de CCR auprès d’un poste diplomatique ou consulaire, ni en son : nom, ni en celui du conjoint.
  • Justifier d’un séjour ininterrompu de plus de trois ans à la date du dépôt du dossier.

Vers la baisse des prix  des véhicules en Algérie

A présent, des voitures neuves immatriculées 2022 connaissent un engouement via les réseaux sociaux. En effet, tant que l’activité de l’importation est gelée et les concessionnaires n’ont pas encore repris, avoir une voiture neuve relève du « luxe » pour les algériens.

Toutefois, avec les dispositions prévues dans le projet de loi de finances 2022, une suggestion qui pourrait baisser le prix des voitures de 20 %. Le Projet de loi de finances 2022 fait beaucoup parler de lui notamment dans le secteur automobile, avec la suggestion d’instaurer un nouveau dispositif d’exonération de la TVA sur certains véhicules.

Avec cette décision, le prix des voitures en Algérie devrait être baissé de 20 %. Ainsi, pour faire face à l’énorme flambée des prix des voitures en Algérie, le gouvernement a décidé de proposer un projet d’exonération de la TVA sur certains véhicules et ceci dans le cadre du projet de loi de finances 2022.

Des véhicules moins chers de 20 %

Dans le détail, ce PLF 2022 suggère une nouvelle mesure d’exemption des droits de douanes et ceci pour les importateurs possédant une licence moudjahidine. La TVA est ainsi estimée à près de 20 % sur le prix total du véhicule. Les importateurs pourraient ainsi proposer des véhicules moins chers de 20 %.

Il est à noter, que cette suggestion concerne uniquement une partie des véhicules. Il est question de voitures de tourisme dont la cylindrée ne dépasse pas 1800 cm³ munies d’un moteur avec frein et des bougies d’allumage. Certains véhicules de 2000 cm³ et tout terrain sont également concernés.