C’est fait ! L’Algérie rejoint officiellement la Banque africaine de l’import-export. La décision a été notifiée dans un décret présidentiel paru dans le dernier journal officiel publié dernièrement. L’Algérie devient ainsi membre de cette banque et pourra bénéficier des aides qu’elle octroie dans le domaine économique et des investissements 

La Banque africaine d’import-export (Afreximbank) a été créée en 1993 par la Banque, des États africains, des banques centrales et d’autres investisseurs institutionnels, en tant qu’instrument de promotion des échanges commerciaux et de l’intégration régionale.

Son objectif principal, lit-on dans son rapport de présentation, « est de réduire les contraintes de fonds propres de l’Afreximbank, d’améliorer ses références en tant banque confirmatrice émergente, et de renforcer sa capacité à assurer un apport vital en liquidités aux IF et aux entreprises en Afrique. L’objectif final consiste à accroître son rôle en matière de promotion du commerce et de l’intégration régionale en conformité avec sa mission et son plan stratégique ».

L’Algérie continue son redéploiement à l’échelle continentale

L’Algérie n’était pas membre, mais les démarches ont été entreprise pour son adhésion. Le ministère des Finances a indiqué, dans un communiqué publié la fin mai dernier, que  l’adhésion de l’Algérie à cette Banque était en cours. L’ancien ministre des Finances M. Raouya avait discuté alors avec les responsables de la cette banque sur « les perspectives de coopération ainsi que les possibilités de partenariat entre les deux parties, notamment dans le domaine de la promotion du commerce intra-africain et de l’accompagnement des opérateurs algériens à renforcer leur présence sur le marché continental», a rapporté le la même source.

Chose désormais faite. L’Algérie est officiellement membre de cette banque. Cette décision, qui sera certainement d’un grand apport pour la pays sur le plan économique, entre en fait dans le cadre de la politique de redéploiement stratégique enclenché par le gouvernement algérien sur le plan régional, continental et international.

Lire l’article – Comment le contrôle des changes freine l’investissement en Algérie ?