Les réserves de change, un des indices principaux de la situation économique d’un pays, demeurent importants en Algérie. Elles dépassent les 40 milliards de dollars à la fin de l’année 2021 et durant ce premier trimestre de l’année en cours. 

Les réserves de changes étaient en effet de 44,724 milliards de dollars à fin septembre 2021. Le chiffre a été indiqué par l’ex gouverneur de la Banque d’Algérie (BA), Rostom Fadhli qui l’avait mis en exergue pour expliquer ce taux par le fort recul du déficit de la balance commerciale.

Le déficit de la balance commerciale est passé de 10,504 milliards de dollars à fin septembre 2020 à 1,571 milliard de dollars à fin septembre 2021, a fait savoir l’ex gouverneur. « Ce recul important du déficit est dû principalement à la forte hausse des exportations de biens qui sont passées de 16,240 milliards de dollars à fin septembre 2020 à 26,402 milliards de dollars à fin septembre 2021, soit +62,3 % », a t-il expliqué.

Les réserves ont maintenu le cap cette année encore. Selon le président de la République qui a évoqué le sujet lors de sa rencontre avec les membres de la diaspora établie en Turquie en marge de sa visite effectuée la mi- mai dans ce pays, les réserves de change de l’Algérie dépassent les 42 milliards de dollars en 2022.

Les réserves de change dépassent les 42 milliards en 2022

«Grâce à la conscience des Algériennes et des Algériens, le pays s’éloigne jour après jour des scénarios imaginés par certaines parties qui semaient le désespoir et tablaient sur un recours à l’endettement en 2020», avait affirmé Abdelmadjid Tebboune qui avait fait état d’une hausse considérable des exportation et une baisse des importations. «L’Algérie œuvre à porter la valeur des exportations hors hydrocarbures à 7 milliards de dollars en 2022», a indiqué le chef de l’Etat.

Il y a lieu de signaler que selon des chiffre non officiels, l’Algérie demeure l’un des pays qui possède le plus importantes de réserves de change en Afrique. Elle se classerait deuxième derrière l’Afrique de Sud.