Le marché de l’automobile en Algérie est en hibernation depuis quelques années. La suspension de l’importation des véhicules et le gel de l’activité de montage, ont donné un coup de frein à ce secteur. Selon des chiffres communiqués vendredi 27 mai, par Bloomberg, seulement 20 700 véhicules ont été vendus en Algérie en 2021.

L’agence Bloomberg a révélé le nombre de voitures vendues dans les pays arabes au cours de l’année 2021. Le classement compte 12 pays arabes où le plus grand nombre de voitures ont été vendues. L’Algérie est à la traine. Elle est classée 12eme avec 20 700 voitures vendues en 2021. Soit une augmentation de 0,6 % par rapport à 2020.

L’Arabie saoudite occupe la tête de classement avec 585 400 voitures vendues au cours de l’année écoulée. L’Égypte est arrivée en deuxième position, avec 266 300 voitures vendues, soit une augmentation de 21,2 % par rapport à 2020. Les Émirats arabes unis est troisième avec  216 500 voitures vendues. Soit, une hausse de 26,4 % par rapport à l’année 2020.

L’Algérie loin derrière le Maroc et la Tunisie

Au niveau maghrébin, le Maroc est leader avec 168,2 mille voitures vendues, soit une augmentation de 27,3% par rapport à l’année 2020. La Tunisie est arrivée à la huitième place avec 61 700 voitures vendues, soit une augmentation estimée à 2,15 % par rapport à 2020.

En Algérie, la suspension de l’importation de voitures a laissé la place aux concessionnaires automobiles étrangers qui en profitent du marché national depuis quelques temps. Des distributeurs européens mais aussi des pays du Golf y trouvent leurs comptes.

« L’Algérie a besoin de de 700.000 voitures »

Le Groupement des concessionnaires automobiles d’Algérie affirme avoir estimé le déficit de 700.000 véhicules sur le marché algérien. Le CGAA estime que l’importation de voitures doit dépasser les 400.000 véhicules.

L’association a demandé par ailleurs, la levée du gel sur les dossiers de l’importation de voitures neuves pour répondre au déficit cruel  sur le marché national qui enregistre une hausse des prix à hauteur de 200 % durant ces 4 dernières années.