Le candidat d’extrême droite à la présidentielle française Eric Zemmour continue de cracher sa haine contre l’Algérie. Décidément, sa précampagne électorale s’articule autour d’un seul thème : le rejet de l’immigration et la haine des Algériens.   Le polémiste condamné plusieurs fois par la justice, s’en est pris violement ce lundi, à l’Algérie et à ses dirigeants.

À entendre le polémiste d’origine algérienne, on penserait que tous les maux de la France viennent d’Algérie. L’une de ses propositions, s’il est élu serait  de supprimer l’accord de 1968 facilitant le travail et le séjour des immigrés algériens. Rien que ça !

Selon  Zemmour, « il faudra que l’Algérie arrête de considérer que la France est le déversoir de son excès démographique », a-t-il déclaré. Au sujet des crimes commis par la France durant la colonisation de l’Algérie,  le polémiste estime que « la repentance ne sera même pas un sujet de discussion ».

Sortant une nouvelle fois, la théorie des bienfaits de la colonisation, Zemmour rappelle que si la France a « colonisé l’Algérie pendant 130 ans, nous n’avons été ni les premiers ni les seuls, l’Algérie a toujours été une terre de colonisation, par les Romains, les Arabes, les Turcs, les Espagnols… ». Par contre,   « la France a laissé plus de choses que tous les autres colonisateurs », a-t-il déclaré, citant « les routes, les instituts de santé que la France a laissés, le pétrole que la France a trouvé et qui permet de nourrir 40 millions d’Algériens ».

S’il ne nie pas les crimes commis durant la colonisation française, l’homme politique plusieurs fois condamné pour incitation à la haine, tente de trouver des excuses.  « Il y a eu des massacres, des affrontements, je ne le nie absolument pas, mais en face ils ne combattaient pas avec des roses, c’est l’histoire du monde ».

Zemmour condamné pour la troisième fois, par la justice

Ce lundi 17 janvier, le polémiste d’extrême droite a été condamné pour « provocation à la haine », après ses propos de 2020 sur les mineurs isolés étrangers. C’est la troisième fois  que Zemmour Esoit condamné pour « provocation à la haine et à la violence » et « injures publiques envers un groupe de personnes en raison de leur origine » après ses propos sur les mineurs isolés, qu’il avait traités, le 29 novembre 2020, sur la chaîne CNews de « voleurs », « violeurs » et « assassins ».

Le tribunal de Paris l’a condamné à cent jours-amendes à 100 euros, soit 10 000 euros, et, solidairement avec le directeur de la publication de la chaîne d’information continue, à verser 19 000 euros aux associations de défense des droits de l’homme.

1 COMMENTAIRE

  1. le juif sépharade zemmour est entrain de toucher le fond. soyez certains il n’aura meme pas la possibilité de voir les débuts de la présidentielle. parrainages ? ouallou. quant aux maux de la france, il en est un parmis tant d’autres qui pourrissent la vie politique française. il le sait et il le fait expres. c’est un juif de seconde zone, quoi !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici