Le procès en appel de l’affaire d’escroquerie au visa d’études a été ouvert, mardi 2 août, au niveau de la Cour d’Alger. Numidia Lezoul ainsi que Boudjemline Farouk, alias Rifka, et Mohamed Aberkane, connu sous le pseudonyme de Stanley, ont été une nouvelle fois auditionnés par le juge. À l’annonce des peines requises, l’influenceuse la plus suivie en Algérie s’est écroulée.

Numidia Lezoul, Rifka et Stanley ont fait appel après avoir été condamnés en première instance à une peine d’un an de prison ferme chacun. Le verdict a été prononcé le 16 juin dernier contre les trois influenceurs qui se trouvent en prison depuis le début de l’année en cours.

Comme à sa première comparution, Numidia Lezoul, à l’instar de ses codétenus, a nié toutes les accusations retenues contre elle. Elle a soutenu qu’elle n’avait fait qu’une seule story promotionnelle pour l’agence Future Gate. Une story pour laquelle elle n’a été payée à ce jour, a-t-elle dit.

« Je suis une influenceuse, pas une criminelle »

« Je voulais juste aider mes frères qui veulent étudier à l’étranger », a-t-elle déclaré, affirmant que si elle était au courant de cette escroquerie, jamais elle n’aurait accepté de faire de la publicité à cette agence. « D’ailleurs, j’ai mis fin à cette collaboration dès que j’ai su les desseins de ce bureau », a-t-elle indiqué, précisant qu’elle eu vent de cette affaire alors qu’elle se trouvait en Tunisie.

« Je suis une influenceuse, pas une criminelle », a-t-elle encore lancé avant de se fondre en larmes. «  Ma mère me manque », s’est-elle écriait suscitant une vive émotion dans la salle. Ni les larmes, encore moins le récit de Numidia Lezoul ne semble avoir convaincu le procureur de la République.

A l’annonce des peines requises, l’influenceuse la plus suivie en Algérie s’est écroulé, nécessitant son évacuation pour des premiers soins, rapporte le journal Ennahar. Elle n’a réintégré la salle qu’après avoir repris ses esprits, précise la même source.

Le parquet a requis des peines de 3 ans de prison et une amende de 500.000 dinars contre les trois influenceurs, et une peine de 10 ans de prison contre le principal accusé dans cette affaire, Oussama Rezagui, gérant de la société Future Gate.

Les accusés sont poursuivis pour « escroquerie, faux et usage de faux de documents administratifs et bancaires, blanchiment d’argent et violation de la réglementation régissant le mouvement des capitaux ».

Lire aussi : Numidia Lezoul accuse les médias