L’ex ministre français d’origine algérienne Kader Arif sera jugé en France pour soupçons de favoritisme. Son procès qui devait s’ouvrir ce mercredi 12 janvier devant la Cour de justice de la République (CJR), est finalement reporté au mois d’octobre.

L’ancien ministre délégué est poursuivi pour «prise illégale d’intérêts, atteinte à la liberté d’accès à l’égalité des marchés publics et détournement de fonds publics». L’homme politique né en Algérie est accusé d’avoir fait conclure sans mise en concurrence, en mars 2014, un contrat de «media-training» entre le ministère de la Défense et une société gérée par son frère Aissa Arif et l’un de ses neveux. Le marché s’élevait à 60.000 euros pour six séances, mais une seule avait été réalisée.

Kader Arif né le 3 juillet 1959 à Alger (Algérie), est un homme politique français. Entre 2012 et 2014, il est ministre délégué puis secrétaire d’État aux Anciens combattants dans les gouvernements Jean-Marc Ayrault et Valls. Il est l’aîné d’une famille de quatre enfants. Son père engagé comme harki au côté de l’armée française, quitte l’Algérie pour la France, avec sa famille.

Article précédentAlgérie- Sierra Leone : où voir le match ?
Article suivantVoici les pays où les Algériens peuvent entrer sans visa

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici