Alors que les voyageurs aspiraient à un meilleur service, la gestion du plus grand aéroport algérien laisse à désirer. C’est toute l’image du pays qui est ternie par des insuffisances qui nuisent à la réputation de cet aéroport qui reçoit de nombreux étrangers de différentes nationalités.

Cela fait trois ans depuis l’inauguration du nouvel aéroport international d’Alger qui connaît une intense activité en ce moment. En particulier pendant les jours précédant l’Aïd el-Fitr avec l’afflux d’un grand nombre d’expatriés. Beaucoup ont désiré passer cette fête religieuse dans leur pays, pour profiter du jeûne des derniers jours du ramadan et de l’Aid en famille.

Avec l’augmentation du nombre de vols et la pression qui s’en est suivie, le personnel de l’aéroport n’a pas été à la hauteur des attentes de ces passagers. Malgré sa beauté de l’extérieur et sa vaste superficie de l’intérieur, le nouvel aéroport international d’Alger perd de plus en plus son âme.

Mauvais accueil

En effet, cet important édifice aéroportuaire n’était pas à la hauteur des aspirations des voyageurs qui se plaignaient du mauvais accueil. La médiocrité des services, la dégradation des installations et leur vétusté ainsi que l’usure des équipements donnent une image d’un laisser aller total.

La gestion de cette affluence a échappé aux responsables de l’aéroport en la comparant aux standards internationaux. Dans l’accueil et l’orientation, des voyageurs sont perdus dans de grands espaces sans guide ni signalisation. Les voyageurs qui viennent de différentes capitales européennes se son plains des conditions d’accueil et de manque d’organisation à l’aéroport d’Alger.

Déception des voyageurs

L’amélioration de l’image de l’Algérie passe par le développement des conditions de voyage et l’accueil des voyageurs dans de bonnes conditions. Malheureusement, les voyageurs seront déçus dés leurs premiers pas à l’aéroport.

Faute d’organisation, les passagers devraient faire face aux files d’attente pour arriver aux points de contrôle et d’inspection ou pour recevoir leurs bagages… Le nouvel aéroport international d’Alger ne contient en effet qu’un seul hall d’accueil pour les passagers, contrairement à l’ancien aéroport qui en avait deux.

Un grand encombrement

L’absence des couloirs et halls d’accueil ne facilitait pas l’orientation et la sortie des passagers, ce qui cause un grand encombrement. La sortie se fait en effet par une seule porte, comme s’il s’agissait d’un simple aéroport domestique. L’aéroport connait aussi des pannes d’électricité et un problème dans l’affichage des vols d’arrivée.

Contrairement à l’ancien aéroport qui comprenait de grands écrans d’affichage qui indiquent bien les informations, dans le nouveau cela se fait à l’aide d’un petit écran de 40 pouces, difficile à lire et à distinguer pour les malvoyants.

C’est le chaos dans le parking !

Dans le parking, le nouvel aéroport adopte le paiement électronique par des cartes de stationnement. L’usager devrait payer son ticket en fonction du temps d’attente. Une fois réglé, le propriétaire de la voiture aura une carte de l’appareil électronique lui permettant de sortir automatiquement.

Ce système appliqué dans divers aéroports du monde, a échoué en Algérie, en raison du manque d’entretien et de la panne de nombreux appareils de paiement électronique. Ainsi, les passagers et les propriétaires de véhicules sont obligés de passer plus de temps dans les files d’attente sur les appareils non fonctionnel. C’est le chaos dans le parking !

Une grand chaos quotidien !

Ceci a contraint les responsables de l’aéroport à ouvrir un kiosque pour permettre aux visiteurs d’effectuer le payement manuel. Une alternative qui ne règle pas grand chose puisque ce kiosque n’est pas situé à la sortie de l’aéroport. De ce fait, un grand nombre de citoyens ont du mal à sortir en raison d’un défaut de cartes ou d’appareils automatiques, ce qui provoque un grand chaos quotidien.

Selon les travailleurs sur place, la sortie de l’aéroport peut prendre plus d’une heure et demie de temps. A cet effet, beaucoup réclament un retour à l’ancien système utilisé à l’ancien aéroport. Les visiteurs préfèrent payer le ticket de parking à la barrière de sortie, où de nombreux agents s’occupent de ce processus dans plusieurs guichets pour faciliter le processus de sortie.

Absence d’entretien périodique

L’une des choses qui a contribué à la détérioration de l’aéroport international d’Alger, quelques années après son inauguration, est l’absence d’entretien périodique des différentes installations. Les chaises du hall d’accueil sont impraticables et les passagers s’assoient à même la terre !

En outre, les toilettes manquaient de mouchoirs et de robinets d’eau. Quant aux espaces verts à l’extérieur de l’aéroport, ils souffrent de la sécheresse et du dépérissement dû au manque d’entretien des lieux qui devraient donner de l’esthétique aux entrées de l’aéroport.

Manque d’aide aux personnes ayant des besoins spécifiques

Les voyageurs se plaignent également du grand manque de services commerciaux dans les espaces de départ. A l’instar des points de recharge de téléphone, de location de voitures, de virements bancaires, beaucoup de services dont les voyageurs ont besoin à leur arrivée manquent au nouvel aéroport.

Il y a un manque aussi de l’assistance aux malades, personnes âgées et les handicapés. En effet, l’aéroport ne dispose pas à l’arrivée d’agents spécialisés pour accompagner ces personnes vulnérables ayant des besoins spécifiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici