Le Méditerranée, le navire de la compagnie française Corsica Linea, continue à susciter l’amertume de ses clients. Ils sont de plus en plus nombreux à monter au créneau, pour dénoncer les conditions de voyage à bord de ce bateau. Une autre cliente s’ajoute à la longue liste des mécontents.  

La traversée Marseille- Alger, du 22 juillet 2022, n’a pas débuté de la plus belle des manières. « En arrivant le matin au port de Marseille, narre-t-elle, on m’interdit de rentrer avec un chariot que j’ai pris pour mettre tout mes bagages. On m’oblige à prendre deux bagages par personne (moi et mes deux enfants 9 et 11 ans) ». La passagère a été invitée à appeler un transporteur, qui lui a demandé « 25 € pour un bagage ».

La suite de la traversée ne sera pas plus agréable. « En rentrant dans le bateau, je remarque que ce n’est pas si propre que ça, c’est dommage », a-t-elle soutenu. « Dans la cabine, détaille-t-elle, les lits étaient propres, la cabine aussi, la cuvette des toilettes cassée mais propre, et le placard pour mettre les affaires n’était pas nettoyé ».

« J’ai été déçue »

Au niveau du restaurant, où elle s’est rendue avec ses enfants pour le diner, les choses n’étaient pas également au beau fixe. « Le soir mes enfants voulaient prendre des frites au resto. On a pris deux entrées, l’une crevette légumes (conserve) à 7,60 € et pas bonne du tout. La deuxième une niçoise, bonne mais petite, très petite pour 6 €. Les frites (6 € l’assiette), 5 minutes après, elles étaient dures. Au final j’ai regretté le resto », a écrit la dame.

Celle-ci s’est réjouie que la traversée ait pris fin avec 30 minutes d’avance. « Il a fallu jouer des coudes pour quitter le bateau », a-t-elle souligné. « En tout cas, j’ai été déçue à l’entrée du port et au restaurant par l’impropreté du bateau », résume la passagère.

Lire aussi : « Ce bateau va couler comme le Titanic », Corsica Linea dézinguée sur la toile