Le maire de Lorette Gérard Tardy, s’en est pris violemment à l’Algérie à l’occasion de 59e anniversaire de son indépendance. Le plus vieux maire de la Loire, âgé de 82 ans reproche à Emmanuel Macron d’avoir reconnu en 2017 que la colonisation est un « crime contre l’humanité ». 

Dans le bulletin trimestriel de la ville de Lorette, Gérard Tardy édite une double page en forme d’éditorial sur l’histoire de la guerre d’Algérie et ses leçons. Il accuse le général de Gaulle de « trahison » après les accords d’Evian de 1962. Il reproche à Emmanuel Macron d’avoir qualifié de « crime contre l’humanité » la colonisation française de l’Algérie. Il demande enfin au gouvernement algérien « plutôt que de cracher sur la France », de « la remercier » de pouvoir « profiter de tout ce que nous avons laissé avant de partir ».

Anciens Combattants de la guerre d’Algérie

L’ancien combattant de la guerre d’Algérie affirme répondre à la demande de la ministre déléguée à la Mémoire et aux Anciens Combattants, Geneviève Darrieusecq, qui avait appelé en mars dernier, à « transmettre, écouter, valoriser les témoignages, enseigner l’histoire de la guerre d’Algérie ».

« Et en tant qu’ancien combattant, je réponds à sa demande. Il y a longtemps que j’aurais aimé écrire ces choses. Je ne le faisais pas car je me disais qu’on allait me prendre pour le révolutionnaire de service » explique t-il.

Selon France bleu, des habitants de Lorette, d’origine algérienne ont été choqués par ce texte mais ils ne souhaitent pas s’exprimer publiquement, de peur « de représailles » de la part du maire.

Un récidiviste de la polémique

Il faut souligner que ce n’est pas la première polémique que créé le maire de 82 ans. Selon l’élu de l’opposition, Julien Lequeux « C’est un récidiviste sur ces sujets mais aussi sur l’atteinte aux droits de l’opposition »

L’autre opposante, Amelle Gassa reproche à Gérard Tardy d’utiliser le bulletin municipal pour faire passer ses propres idées. Elle préférerait traiter d’autres sujets comme « les innovations, les constructions, les événements, le social. Concentrons-nous sur les Lorettois ».

Le maire de Lorette, avait déjà provoqué à plusieurs reprises, la polémique. Comme  l’arrêté anti burkini en 2017 sur le plan d’eau de la commune. Comme ses messages sur les tableaux d’affichage municipaux en 2016, ordonnant aux habitants de confession musulmane de vivre leur ramadan « sans bruit » et « découvert ».

 

 

Article précédentUn franco-algérien accusé d’avoir enlevé son fils à Dubaï
Article suivantAlger dans le top 10 des villes les plus propres en Afrique (classement)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici