L’ancien directeur général de la Société de gestion des services et infrastructures aéroportuaires (SGSIA), Tahar Allache, a été condamné à 8 ans de prison ferme. Le verdict a été rendu dans la soirée de lundi 4 juin par le pôle pénal économique et financier de Sidi M’hamed (Alger).

Le procès de l’ex directeur général de la SGSIA qui gère l’aéroport d’Alger, Tahar Allache s’est tenu lundi 4 juillet au niveau du pôle pénal économique et financier de Sidi M’hamed (Alger). Limogé la 31 mai dernier, après 15 ans passés au poste, ce dernier est poursuivi pour une affaire de corruption. Il était accusé de passation de marchés contraires à la réglementation dans le cadre de la réalisation de la nouvelle aérogare internationale d’Alger.

Le procureur de la République près du même tribunal avait retenu contre lui une peine de 15 ans de prison ferme avec mandat de dépôt assortie d’une amende d’un million de dinars. « Dilapidation de deniers publics, abus de fonction et passation de marchés contraires à la réglementation », tels sont les chefs d’inculpation retenus contre l’ancien patron de l’aéroport international d’Alger.

Plusieurs condamnations

Lors de son audience, Tahar Allache a pourtant rejeté toutes les accusations portées contre lui. Il a soutenu notamment qu’il a respecté la procédure dans l’octroi du marché portant la réalisation du projet de la réalisation de la nouvelle aérogare.  Le juge a finalement retenu la peine de 8 ans de réclusion et un amende d’un million de dinars.

Par ailleurs, le chargé dudit projet qui a été également présenté devant le juge dans le cadre de la même affaire a écopé d’une peine de 3 ans de prison ferme et une amende d’un million de dinars. 

D’autres cadres de l’aéroport international Houari Boumediene ont été aussi poursuivis dans ce dossier. Ils ont été condamnés à des peines allant d’une année de prison avec sursis et trois ans de prison ferme.