L’ancienne ministre sous Sarkozy et actuelle maire du 7e arrondissement de Paris,  Rachida Dati  a été mise en examen ce mercredi 28 juillet. Elle est poursuivie pour « corruption passive par personne investie d’un mandat électif public au sein d’une organisation internationale », « recel d’abus de pouvoir » et « trafic d’influence passif ».

La politique qui a des origines algériennes du coté de sa mère, est mise en examen dans l’enquête sur ses prestations de conseil auprès de l’ex-PDG de l’alliance Renault-Nissan Carlos Ghosn. Ce dernier, avait, soulignons le,  confirmé en novembre dernier, l’implication de Rachida Dati dans le dossier de l’implantation de la marque au losange en Algérie.

L’ancienne eurodéputée est soupçonnée d’avoir perçu 300 000 euros par an pendant trois ans via la filiale hollandaise du Renault-Nissan. Dans une convention d’honoraires signée en 2009 avec Carlos Ghosn, Rachida Dati évaluait ses prestations à 1000 euros de l’heure pour un total annuel de l’ordre de 300 heures, soit environ deux mois de temps plein.

Un emploi de complaisance pour masquer des activités de lobbying ?

Dans cette affaire, la justice française cherche à déterminer si les revenus de Mme Dati correspondent à des activités déterminées ou s’il s’agissait d’un emploi de complaisance ayant pu masquer des activités de lobbying, interdites pour les députés européens.

De son coté, l’ancien PDG de Renault a assuré que les prestations de l’ancienne ministre « étaient réelles ». « Elle avait une connaissance de tout le monde arabe. Quand on l’a embauchée, elle n’était pas ministre, elle était député européen. Elle avait des contacts très avancés en Afrique du nord et au Moyen-Orient. Elle nous aidait aussi en conseil en matière de prévision des législations futures en matière de carbone. Le fait que ce soit payé par RNBV, c’est que cela devait profiter aux deux entreprises, Renault et Nissan, les deux structures de l’alliance », avait déclaré en novembre 2020, Carlos Ghosn.

Article précédentIssad Rebrab va offrir 4000 concentrateurs d’oxygène aux hôpitaux en Algérie
Article suivantUn cycliste algérien victime de racisme aux JO de Tokyo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici