La compagnie maritime Corsica Linea a publié un rappel important aux voyageurs. Le transporteur qui assure la traversée Marseille – Alger précise, dans un communiqué rendu public ce mercredi 6 juillet, que les passagers piétons sont les derniers à débarquer du navire. Cette mesure est mise en place pour « des raisons de sécurité et pour éviter tout risque d’accident », précise la compagnie corse.

« Débarquement : vous traversez en piétons ? Sachez que pour des raisons de sécurité et pour éviter tout risque d’accident, les passagers piétons débarquent du navire après les véhicules », indique le communiqué de Corsica Linea.

La compagnie maritime privée souligne que « toutes les infos utiles pour votre prochaine traversée sont à retrouver sur ce site ». Le transporteur maritime indique qu’« afin de vous garantir la meilleure qualité de service et d’information, vous êtes invité(e), au moment de votre réservation, à indiquer un numéro de téléphone (mobile de préférence), qui vous permettra d’être alerté(e) à l’avance d’éventuelles perturbations de trafic liées notamment aux conditions météorologiques ».

Consignes à suivre

Par ailleurs, Corsica Linea qui assure la desserte Marseille – Alger estime, qu’en général, la durée du débarquement n’excède pas 30 minutes. A l’arrivée du navire au port, les annonces faites à bord indiqueront aux passagers les procédures à suivre pour rejoindre leurs véhicules ou la navette pour les piétons.

La compagnie invite les usagers à « prendre note que selon le port d’arrivée il est possible qu’il n’y ait pas de navette piétons à disposition ».  Afin d’éviter pollution et bruits inutiles, « il est demandé aux automobilistes d’attendre les instructions avant de démarrer les véhicules ».

Pour rappel, Corsica Linea a décidé récemment de suspendre le « débarquement prioritaire » pour ses traversées Marseille – Alger. Cette option était applicable jusqu’à ces derniers jours. Elle vient en effet d’être supprimée. La compagnie française n’a pas pris le soin d’aviser au préalable ses clients sur cette décision. C’est des passagers qui ont fait part de l’abrogation de cette mesure sur les réseaux sociaux.