L’Association du transport aérien international (IATA) et Tourism Economics ont publié une vision à long terme de la reprise des voyages aériens. Malgré une perte estimée de 2 à 3 ans de croissance en raison de la crise sanitaire, le nombre de passagers dans le monde devrait dépasser en 2023, les niveaux d’avant Covid-19 avec une hausse  de 105%.

Pour Willie Walsh, directeur général de l’IATA, « le défi immédiat est de rouvrir les frontières, d’éliminer les mesures de quarantaine et de gérer numériquement les certificats de vaccination/de test ». Afin de redémarrer le secteur aérien dans ses moments de crise, l’IATA incite les gouvernements à renforcer leur soutien aux compagnies aériennes avec des opérations plus efficaces.

L’Association du transport aérien international explique  dans son rapport que la demande des passagers post-Covid-19, démontre que les gens restent désireux de voyager à court et à long terme, malgré la pandémie.

Prévisions optimistes de l’IATA

En chiffres, les prévisions de l’IATA tablent sur une reprise graduelle à long terme:

En 2021, le nombre de passagers dans le monde devrait revenir à 52% des niveaux d’avant covid-19 (2019).

En 2022, le nombre de passagers dans le monde devrait revenir à 88% des niveaux d’avant covid-19.

En 2023, le nombre de passagers dans le monde devrait dépasser les niveaux d’avant Covid-19 (105%).

D’ici 2030, le nombre de passagers dans le monde devrait atteindre 5,6 milliards. Ce serait 7% de moins que les prévisions pré-Covid-19 et une perte estimée de 2-3 ans de croissance en raison de la pandémie.

Un ralentissement des voyages en avion au-delà de 2030

Au-delà de 2030, les voyages en avion devraient ralentir, en raison d’une démographie plus faible et d’une hypothèse de base de libéralisation limitée du marché, donnant une croissance annuelle moyenne entre 2019 et 2039 de 3,2 %. Les prévisions de croissance de l’IATA avant covid-19 pour cette période étaient de 3,8 %.

La reprise du nombre de passagers est légèrement plus forte que la reprise de la demande mesurée en passagers-kilomètres payants (RPK), qui devrait augmenter de 3 % par an en moyenne entre 2019 et 2039.

Cela est dû à la vigueur attendue des marchés intérieurs. « Je suis toujours optimiste pour l’aviation. Nous vivons la crise la plus profonde et la plus grave de notre histoire. Mais la croissance rapide de la population vaccinée et les progrès des tests rendront la liberté de voler dans les mois à venir. Et quand cela se produira, les gens vont vouloir voyager, » exlique Willie Walsh.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici