L’Espagne a fait volte face sur la question du Sahara Occidental, se pliant ainsi aux exigences de l’Algérie. Le Congrès des députés espagnols a adopté, jeudi 30 juin, en séance plénière un projet de motion non contraignante demandant le retour de l’Espagne à sa position de neutralité dans ce dossier.

Grand revirement dans la position de l’Espagne vis-à-vis du Sahara occidental. Le 18 mars dernier, et à la surprise générale, Madrid a annoncé son soutien au plan marocain concernant ce dossier. Cette prise de position a suscité le courroux d’Alger, qui n’a pas tardé d’ailleurs à réagir. L’Algérie a pris en effet plusieurs décisions radicales contre l’Espagne. Le 8 juin dernier, elle est allée jusqu’à procéder à la suspension du Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération.

Le gouvernement algérien promet, en outre, d’aller encore plus loin pour « sanctionner » le gouvernement espagnol, suite à son positionnement en faveur du Maroc dans le conflit sahraoui. Il est connu en fait que le dossier du Sahara occidental constitue une ligne rouge pour l’Algérie depuis des années.

Le forcing de l’Algérie a porté ses fruits

Ce forcing exercé par l’Algérie a décidément fini par convaincre l’Espagne de la nécessité de revoir sa copie revoir sa copie. Le Congrès des députés espagnols a adopté, jeudi, un projet de motion non contraignante demandant le retour de l’Espagne à sa position de neutralité sur le Sahara occidental. Le projet de motion qui a été voté, lors d’une séance plénière par 193 voix pour, 110 contre et quatre abstentions, réclame également le rétablissement d’une relation amicale avec l’Algérie.

« Un projet de motion sur la politique extérieure de l’Espagne comportant 15 points a été présenté par le groupe parlementaire du Parti populaire (PP). Le 13e point concerne le rétablissement des relations entre l’Espagne et l’Algérie et le respect de la position historique de l’Espagne vis-à-vis du Sahara occidental dans le cadre du droit international et des résolutions des Nations unies », a affirmé à l’agence de presse officielle, APS, le représentant du Front Polisario en Espagne, confirmant ainsi cette information.