Hadja Lahbib a été nommée ministre des Affaires étrangères de la Belgique. Elle remplace Sophie Wilmès qui a annoncé son retrait jeudi dernier. L’annonce surprise a été faite ce vendredi 15 juillet. « J’aurai l’honneur d’être le visage de la Belgique à l’étranger », a déclaré l’ancienne journaliste au cours d’une conférence de presse.

Le nouveau visage de la Belgique à l’étranger est issu d’une famille originaire de Kabylie en Algérie. La native de Boussu, s’est déjà confiée sans tabous sur ses origines, sa famille et son enfance. Dans un entretien accordé il y a un an au site Cathobel, Hadja Lahbib s’est dite être fière de ses origines Kabyles.

Toutefois, elle a reconnu s’être révoltée très jeune contre son milieu socio-culturel avant de s’éloigner son cocon familial pour s’épanouir. « A cet âge, j’étais révoltée contre mon milieu, mais aujourd’hui je suis réconciliée avec mes parents ainsi qu’avec mon frère. Je suis plus attiré par le bouddhisme que par l’islam que mon père et ma mère pratiquent encore avec une grande piété », a-t-elle raconté.

Une nomination surprise

Hadja Lahbib prendra donc les fonctions ministérielles de Sophie Wilmès, soit le ministère des Affaires étrangères, des Affaires européennes, du Commerce extérieur et des Institutions culturelles fédérales. Elle est la première femme d’origine algérienne à occuper ce poste en Belgique.

Il faut dire que la nomination de Hadja Lahbib à ce poste ministériel est  une grande surprise en Belgique. « J’ai été surprise qu’on me le demande », a confié l’intéressée. La femme aux origines algériennes, qui était journaliste et réalisatrice, a présenté durant près de 20 ans le JT de la RTBF.

Le fait qu’elle n’ait aucune expérience politique ne la dérange pas. « Je n’ai pas d’expérience politique, mais je connais le domaine. J’étais sur le terrain. C’est peut-être le moment de changer quelque chose en politique », a-t-elle confié.