Première victoire pour l’Algérie dans le dossier de l’adhésion d’Israël à l’Union africaine. Le statut d’observateur accordé à l’entité sioniste le mois de juillet dernier a été en effet suspendu. La décision a été prise dimanche 6 février au sommet de l’UA qui s’est tenu à Addis Abeba en Ethiopie.

Le 22 juillet 2021, la Commission de l’Union africaine a décidé d’octroyer le statut d’observateur à l’entité sioniste au sein de l’UA. L’Algérie a alors crié au scandale affirmant que la décision a été prise par le président de la dite commission, Moussa Faki.

Depuis la diplomatie algérienne n’a cessé d’œuvrer et de manœuvrer pour surseoir à cette décision et retirer ce statut à l’Israël.  Chose désormais faite. En effet, les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UA qui se sont réunis à Addis Abeba ont décidé de suspendre cette résolution portant l’accréditation d’Israël à l’organisation en tant qu’observateur.

Un revers pour Israël et le Maroc

Pour plus d’un parmi les observateurs de scène politique internationale cette décision est une grande victoire pour Alger qui n’a jamais admet la présence d’Israël dans l’organisation africaine. Parallèlement, cela constitue un revers pour l’Etat sioniste  qui tente depuis quelques années de se déployer dans le continent africain. Elle également, estime t-on, un sacré défaite le nouvel allié hébreux en Afrique, le Maroc en l’occurrence.

Notons par ailleurs que le sommet d’Addis Abeba a pris la décision pour la création d’un Comité de sept Chefs d’Etat africains. composé du Président sénégalais Macky Sall, en sa qualité de Président en exercice de l’UA, du Président de la République Abdelmadjid Tebboune, ainsi que des présidents sud-africain Cyril Ramaphosa, rwandais Paul Kagame, nigérian Muhamadu Bouhari, camerounais Paul Biya et du président de la RDCongo Felix Tshisekedi, ce comité aura pour mission de formuler une recommandation au Sommet de l’UA qui demeure saisi de la question.