Encore des camions algériens de transport de marchandise attaqués par l’armée marocaine. Cette fois, les attaques ont été enregistrées au niveau du village Ain Ben Tili situé dans l’extrême Nord de la Mauritanie. Les camions algériens ont été bombardés par l’armée de l’air royale.

Le mois de novembre 2021, trois ressortissants algériens ont trouvé la mort suite au bombardement de leurs camions par l’armée royale marocaine. Les trois victimes assuraient la liaison Nouakchott-Ouargla, soit entre la Mauritanie et l’Algérie.

Réagissant à cette meurtrière attaque, l’Algérie a clairement accusé alors « les forces d’occupation marocaines au Sahara occidental » d’être derrière le « lâche assassinat » commit avec « un armement sophistiqué ».

Ainsi moins de cinq mois après cette tuerie, une autre attaque ciblant également des camionneurs algériens a été enregistrée. Moins sanglante, celle-ci a été signalée dans la matinée de dimanche 10 avril au niveau du village Ain Ben Tili, une localité mauritanienne se trouvant à quelques centaines de mètres de la frontière entre la Mauritanie le Sahara Occidental.

Selon le site Menadefense qui a rapporté l’information, les bombardements effectués par l’armée de l’air marocaine ont secoué la région avant l’aube. Les camionneurs et des acheteurs étaient surpris alors qu’ils s’apprêtaient à faire la prière et prendre le shour en prévision d’une autre journée du Ramadan.

Aucun mort, plusieurs blessés à déplorer

Ce beau monde n’était pas loin du fort militaire portant le nom du village et qui est un lieu de transit et de ravitaillement pour les camionneurs de passage.

Selon toujours la même source, l’un des camions a été touché par les bombardements. Le site rassure en outre qu’aucun décès n’a été enregistré. Il fait état cependant de plusieurs  blessés parmi les camionneurs et les acheteurs. Il est clair que cette attaque, si bien sûr, elle se confirmerait, ne laissera certainement pas indifférente l’Algérie qui n’hésitera pas à réagir en conséquence.