Accueil Actualité Prix des billets chez Air Algérie : l’éternelle polémique

Prix des billets chez Air Algérie : l’éternelle polémique

Malgré le renforcement du programme de vol de et vers l’Algérie, les prix des billets reste toujours aussi chers chez la compagnie algérienne, Air Algérie. Il est d’ailleurs de même pour les autres compagnies desservant le pays. Pourtant le chef de l’Etat a donné dernièrement des instructions pour revoir à la baisse ces tarifs. 

A quand l’application de cette instructions ? se demandent en effet les ressortissants algériens établis à l’étrangers et plus particulièrement ceux qui se trouvent en France. Ces derniers sont en effet, les plus touchés par cette hausse toujours vertigineuse des prix. Les expatriés algériens ne savent ainsi plus à quel se vouer pour pouvoir entrer au pays durant l’été prochain pour y passer leurs vacances.

Paris- Alger à moins de 400 euros

S’exprimant sur le sujet mardi 25 mai lors d’une conférence de presse, le président de la commission des affaires étrangères de l’APN, Mohamed Hani n’a d’ailleurs pas caché son amertume face à cette situation qui a tendance  à s’inscrire dans la durée.

« Des billets pour un couple avec deux enfants à 3000 euros, ce n’est pas possible. Nous sommes à moins de deux heures de vol de Paris, à moins de deux heures de Marseille, et un peu plus d’une heure de Tunis. Il est inconcevable de payer ces tarifs là », a indiqué le député.

Ce dernier a affirmé que le prix d’un billet d’avion Paris- Alger ne devrait pas dépasser les 400 euros. Mohamed Hani reste cependant optimiste pour que ces tarifs connaissent une baisse prochainement. « Je reste optimiste, le Président de la République Abdelmadjid Tebboune a été clair dans son dernier discours, il a demandé à renforcé la flotte (d’Air Algérie, ndlr), à augmenter le nombre de vols et surtout à baisser les prix. ».

Pour le président de la commission des affaires étrangères de l’APN, Air Algérie peut et doit faire un effort pour permettre aux algériens de rentrer en Algérie durant la prochaine saison estivale. « Cela fait deux ans et demi que notre communauté n’est pas rentrée au pays. », a t-il rappelé.

Quitter la version mobile