Des mises en garde ont été lancées appelant les Algériens à faire attention avant d’acheter des véhicules neufs proposés actuellement sur le marché par des importateurs non agrées. Des associations et des spécialistes crient en effet, à l’arnaque et demandent aux autorités d’intervenir pour mettre fin à ce commerce qui a tendance à s’installer en Algérie.  

L’importation des véhicules neufs a été suspendue depuis plusieurs années en Algérie. La reprise de cette activité a été annoncée à plusieurs reprises mais pour le moment le statut quo persiste. Mais aussi paradoxal que cela puisse paraitre, les voitures neuves de différentes marques inondent le marché algérien et les show-room pullulent dans les différentes wilayas.

D’où viennent donc ces véhicules? ces voitures ont été importées en fait par des opérateurs activant dans le secteur de l’automobile en coopération avec des sociétés étrangères d’exportation et de transport. Ces  » importateurs » ont profité de la situation engendrée par le gel de l’importation des véhicules pour investir dans le domaine.

Les voitures neuves inondent le marché algérien

Pour gagner la confiance des citoyens, certains d’entre eux n’hésitent pas à faire des rabais pouvant atteindre les 100 millions de centimes. Comme ce concessionnaire cité par le journal Echorouk qui propose une Suzuki Swift à 244 millions de centimes alors qu’elle exposée entre 330 et 340 millions chez d’autres vendeur.

Ce dernier n’est pas le seul à lancer ce genre de promotion. Une sorte de concurrence qui ne dit pas son nom s’est installé entre ces importateurs. Chacun va de son propre offre.

L’acheteur doit cependant verser une avance sur ce prix et doit attendre une période pouvant atteindre près de trois mois pour recevoir son véhicule. Une pratique qui suscite les doutes chez les spécialistes et les associations activant dans le domaine de la protection du consommateur qui n’hésitent pas à crier à l’arnaque.

Des associations crient à l’arnaque

C’est le cas de Youcef Nebbache, ancien président de l’association des concessionnaires automobiles multimarques (ACAM), cité par Echorouk qui appelle les citoyens à faire gaffe car ces vendeurs ne sont pas agrées et peuvent ainsi les arnaquer et voler leur argent.

Même son de cloche chez le président de la Fédération algérienne des consommateurs Zaki Hariz qui réclame lui l’intervention des autorités afin de mettre fin à cette activité et protéger les Algériens contre ces importateurs d’un « autre genre »