Bonne nouvelle pour les concessionnaires d’automobiles et pour les Algériens d’une manière générale. L’importation des voitures neuves reprendra ses droits en Algérie avant la fin de l’année en cours. Selon le site spécialisé dans l’automobile, Sayarat Live, le gouvernement s’apprête à attribuer les premiers agréments pour les importateurs. 

L’importation des véhicules a été suspendue en 2019 en Algérie. Depuis, les concessionnaires font des pieds et des mains pour pouvoir reprendre leur activité. Ils ont ainsi multiplié les appels et les interventions auprès des services concernés. En vain. Au bout, ils n’ont eu que des promesses.

Le ministère des Transports en charge du dossier voulait, à vrai dire, repartir sur de bonnes bases. Pour ce faire, il s’est mis à élaborer le fameux cahier des charges qui tarde cependant à voir le jour. Ce dernier a été modifié à maintes reprises d’où ce retard.

Un retard qui n’a pas été sans conséquences sur le marché des véhicules en Algérie. L’offre étant en berne, les voitures sont devenues un luxe auquel un simple citoyen ne peut quasiment plus prétendre à cause de la flambée des prix.

Le gouvernement compte importer 100 000 véhicules

Cette situation ne saurait cependant durer. La délivrance s’annonce en effet pour bientôt. Selon le site Sayarat Live, le nouveau cahier des charges, qui a plombé pendant des mois la reprise de cette activité, a été finalisé et se trouverait au niveau du secrétariat du Premier ministère. Il devrait être publié dans le prochain journal officiel.

La même source affirme qu’une fois ce cahier des charges publié, le ministère des Transports procédera à l’attribution des premiers agréments pour les concessionnaires dont les dossiers sont complets et remplissent les conditions. Selon toujours les même source, les premiers véhicules seront importées en Algérie avant la fin de l’année en cours.

Le gouvernement algérien contribuera également dans cette importation, indique-t-on. Il compte en effet faire entrer pas moins de 100 000 véhicules, selon les premières estimations. Les autorités algériennes auraient réservé un milliard de dollars dans le cadre de la loi de finances à cet effet.

Lire aussi : Importation de véhicules en Algérie sans taxes : voici les catégories concernées