Après avoir atteint des pics vertigineux, les prix des voitures d’occasion enregistrent une importante baisse depuis quelques jours. Ils risquent cependant de reprendre l’ascenseur vers le haut prochainement, indiquent des spécialistes. Ces derniers estiment que cette diminution de valeurs de véhicules n’est que temporaire coïncidant notamment avec l’Aid al-Adha.

Pour des spécialistes du marché automobile en Algérie, la demande pour les véhicules a nettement baissé ces derniers jours. Les citoyens étaient plutôt préoccupés par l’achat du mouton de l’Aïd al-Adha. Ainsi, si les marchés à bestiaux ne désemplissaient pas à longueur de journée, ceux de l’automobile ont été désertés.

Il est connu, dans la loi du marché, que les prix sont fixés selon le principe de l’offre et la demande. Etant donné que la demande a baissé, les prix des véhicules ne pouvaient que suivre.

En effet, les voitures qui se vendaient il y a à peine quelques semaines à des prix dépassant tout entendement sont cédées à des prix plus ou moins raisonnable. A titre d’exemple, une Peugeot 206 (2004) est proposée à 86 millions de centimes et une Renault Clio 2  immatriculée en 2000 a peut être cédée à 57 millions.

En consultant le site des achats et ventes, Ouedkniss, une Peugeot 207, année 2012, est proposée à 1,050,000 DA, alors qu’une Golf série 5 (2006) est affichée à 110 millions de centimes. Une Kia Picanto (2008) est proposée à 130 millions de centimes.

Une baisse conjoncturelle ?

Ce genre de voitures étaient proposés pratiquement  à des prix double dans un passé récent. Il faut dire que la suspension de l’importation des véhicules décidée par les autorités du pays, conjugué au gel de la construction automobile, n’a pas été sans conséquences sur le marché automobile en Algérie. Une pénurie sans précédent de voitures a été constatée, ce qui s’est répercuté sur les prix qui ont considérablement augmenté.

Cette relative baisse connu ces derniers jours risque de ne pas s’inscrire dans la durée. Passé l’effervescence de l’Aïd, les citoyens renoueront à nouveau avec les marchés des voitures, ce qui aura inévitablement des répercussions sur les tarifs qui vont certainement augmenter, prévoit-on.