Une violente dispute a éclaté entre un ressortissant algérien et un militant de Reconquête, parti de l’extrême droite du polémiste, Eric Zemmour. Les faits se sont déroulés dans la soirée du 31 mai dernier, aux abords de la gare du RER A, à Nogent-sur-Marne, commune relevant du département du Val-de-Marne en région Île-de-France.

Il était près de 19 heures, ce jour là lorsqu’une dispute violente a éclaté entre les deux hommes qui se sont arrivés au mains. Selon les déclarations du politicien français, c’est le jeune algérien qui s’est attaqué à lui en lui arrachant les tracts qu’il était entrain de distribuer. Une opération dans le cadre de la compagne électorale en prévision des élections législatives prochaines.

Le journal français d’opinion « valeurs actuelles » qui a rapporté l’information porte l’entière responsabilité au ressortissant algérien qu’il présente comme méchant homme. Le média dresse en effet, un portrait on ne peut plus sombre de cet émigré. « Un multirécidiviste », écrit le journal qui affirme que Mohamed a été expulsé de France en 2007. L’Algérien a tout de même retourné en Hexagone. Il soutient que Mohamed était frappé d’une obligation de quitter le territoire français en 2016.

Le jeune algérien mis sous contrôle judiciaire

Pourtant cet homme est détenteur bel et bien d’un titre de séjour. Un document qui lui a été délivré  » contre toute attente », souligne le journal en 2017 par la préfecture. Selon la même source qui n’a pas lésiné sur les qualificatifs pour dénigrer et discréditer le ressortissant algérien, ce dernier a été sauvé par un auteur qui réalisait un documentaire sur lui.

Mohamed a été arrêté lors de la dispute avant qu’il ne soit libéré. Il a été placé depuis, sous contrôle judiciaire en attendant son procès. Le journal n’indique pas qu’elle était la procédure retenue contre son vis a vis.  » La victime » comme il est présenté par le journal. C’est en fait, le tribunal qui jettera le voile sur le circonstances de cette altercations.