Deux policiers de l’aéroport international d’Alger sont impliqués dans une affaire de trafic de passeports. Jugés ce dimanche 26 septembre, devant le tribunal de Dar El Beida à Alger,  les deux mis en cause encourent deux ans de prison ferme assortie d’une amende de 200 000 dinars.

Selon le site arabophone Ennahar, les deux policiers sont poursuivis pour abus de fonction et réception d’indus avantages. Un ressortissant chinois qui a fait l’intermédiaire entre les deux agents de l’ordre et « les clients », est également poursuivi.

Le procureur de la république a requis  contre lui, une peine de cinq ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de dinars, avec un mandat d’arrêt.  Il est actuellement en état de fuite. Le verdict a été renvoyé au 10 octobre de l’année en cours.

À souligner que cette affaire a éclaté au grand jour, suite à l’ouverture d’une enquête sur fond d’un mouvement de transport inhabituel de ressortissants chinois résidant illégalement en Algérie. Ces voyageurs présentaient des passeports portant le cachet de la police aux frontières de l’aéroport, alors qu’ils n’ont pas quitté le territoire national.

Un ressortissant chinois jouait l’intermédiaire

Les investigations ont révélé l’implication de deux policiers de l’aéroport qui traitaient avec un Chinois comme intermédiaire. Ce dernier vendait ces passeports illégalement cachetés, à des sommes estimées à 65 millions de centimes.

Pour rappel, en juillet dernier, les services de la douane de l’aéroport international d’Alger ont réussi à saisir une somme importante de devises sur un passager. Le mis en cause allait prendre un avion Alger – Doha.

Le passager interpellé, a tenté de quitter l’Algérie avec la somme de 60 000 dollars. Les éléments de la douane algérienne ont  découvert cette importante somme en devises au moment de la fouille des bagages des voyageurs.