Une femme de ménage algérienne au cœur d’une vive polémique en France. Le Point accuse le couple Raquel Garrido et Alexis Corbière d’employer cette Algérienne en situation irrégulière. L’information a vite fait le tour des médias et des réseaux sociaux. Les deux députés de La France insoumise (LFI) ont réagi à cette polémique.

Selon une information exclusive publiée par le Point, une femme de ménage algérienne, âgée de 36 ans, arrivée en France en 2008 avec un visa étudiant, aurait été contrôlée par la police le mois dernier, alors qu’elle promenait un des enfants du couple. La femme n’aurait présenté qu’un passeport algérien.

La jeune algérienne aurait révélé à la police qu’elle travaillait « jour et nuit à la fois au domicile des deux parlementaires à Bagnolet mais également dans un logement parisien où leurs enfants sont pris en charge afin d’être scolarisés dans la capitale ».

Soupçons de chantage

L’hebdomadaire affirme que le couple de députés LFI aurait exercé une pression terrible sur la jeune sans-papiers. Rapportant une présumée discussion entre Raquel Garrido et employée, le journaliste à l’origine de cette enquête, Aziz Zemouri, évoque un ton s’apparentant au chantage.

« Je te dis de rester, tu restes, si ça te va pas, y’en a plein dans ton cas qui veulent travailler, mais tu peux oublier tes papiers », aurait écrit Raquel Garrido à cette femme. Coté salaire, la même source révèle que la députée – proche de Jean-Luc Mélenchon – lui aurait promis 150 euros hebdomadaire. « On verra le reste après », lui aurait-elle dit. « On te met un toit sur la tête, on te fait travailler donc soit t’es reconnaissante, soit je prends quelqu’un d’autre maintenant stop », lui aurait-elle encore dit.

Le couple réagit

Les deux députés Insoumis n’ont pas tardé à réagir. Dans un communiqué conjoint, ils répondent que « tout est faux ». Ils accusent le Point de publier « un ramassis de mensonges » à leur sujet.

Les deux parlementaires affirment ne pas employer cette femme, ne pas disposer d’un logement à Paris ni d’y scolariser leurs enfants, et de ne jamais avoir promis de papiers à cette personne. En réponse, Garrido et Corbière annoncent avoir chargé leur avocat de « riposter judiciairement à cette attaque ».