Un diplomate américain a été émerveillé par la beauté, la propreté et l’auto-organisation du village Azra, relevant de la commune maritime de Tigzirt, au nord de Tizi-Ouzou. Il s’agit de l’ex porte parole de l’ambassade des Etats-Unis en Algérie, Paul Wulfsberg, qui a consacré un mini reportage vidéo sur ce village dans lequel il s’est rendu dernièrement. 

Paul Wulfsberg dont la mission est arrivée à son terme, après plusieurs années de service en Algérie, a pratiquement fait le tour du pays qui l’a d’ailleurs adopté. Au cours de ses multiples sorties dans différentes régions de l’Algérie profonde, il s’est en effet entretenu avec les populations locales et a su tisser des liens avec plus d’un.

Paul Wulfsberg, connu sous le nom de Khaled en Algérie, a été dernièrement en visite à Azra, qui n’est autre que le village primé lauréat de la 8ème édition du concours Rabah Aissat du village le plus propre à Tizi-Ouzou. D’ailleurs, soulignons-le, afin d’encourager les participants, la fondation Zinedine Zidane avait remis un chèque de 50 millions de centimes pour chaque village lauréat.

Tombé sous le charme du village kabyle Azra

Le diplomate américain a été frappé par la splendeur et la propreté de cette bourgade. Le chargé de communication de la représentation diplomatique américaine ne tarit pas déloges sur ce village, qui est selon lui un exemple à suivre sur le plan organisationnel notamment.

Il a d’ailleurs consacrée un reportage vidéo sur ce village dont il est tombé amoureux au premier regard. Dans cette vidéo publiée sur le site de l’ambassade américaine en Algérie, Paul Wulfsberg décrit les grands traits du charme d’Azra ou « Izra » qui signifie pierres en langue kabyle.

Un joyau qui reflète la volonté de ses habitants

« Les gens d’Azra ont une mentalité qui mérite d’être exportée dans le monde entier », a-t-il dit.  Et de poursuivie : « quand tu marches dans les rues de ce village, perché sur les hauteurs de la wilaya de Tizi-Ouzou, la propreté est la première chose que tu remarques. Tu ne trouves même un mégot de cigarette par terre ».

Séduit, Paul Wulfsberg a tout filmé : les ruelles, les fresques murales, la fontaine qui date de la période ottomane et le centre de tris des déchets ménagers entre autres sites. « Tout est recyclé ici. Les habitants du village ont atteint ce niveau avec des moyens modestes. Tout est fait à la main. Ils font du volontariat pour ramasser à tour de rôle. Le week-end, ils organisent des projets de développement social », a-t-il expliqué.

Lire aussi : Ouverture du plus grand parc aquatique en Algérie dans une localité kabyle