Accueil Actualité PSG : qui sont ces trois frères algériens qui dirigent dans l’ombre...

PSG : qui sont ces trois frères algériens qui dirigent dans l’ombre ?

Une fratrie algérienne dans l’ombre du Paris Saint-Germain. Qui la connait ? La plus part du temps, l’évocation du champion de France en titre renvoie à des noms connus. Comme Nasser al-Khelaïfi, président du club, Luis Campos, conseiller sportif, ou encore Mauricio Pochettino, entraîneur de la formation parisienne.

Personne ne connait les trois frères Ahmed, Bouabdallah (dit Bob) et Abdelkader Bessedik. Pourtant, ils sont les piliers, les véritables bras droits, la cheville ouvrière de la formation parisienne. Ils ont ainsi la confiance et la « procuration » du compte bancaire des dirigeants qataris. Fait paradoxale : leur nom reste inconnu du grand public, mais également de la presse sportive ou généraliste.

Le magazine Jeune Afrique s’est intéressé au cas de cette fratrie originaire de Relizane, dans l’ouest de l’Algérie. Il a rencontré un « intime » du PSG, le premier à avoir rencontré les frères Bessedik et rendu public de leur dévouement – très discret – au club parisien. Voilà ce qu’il leur a déclaré en substance : « les frères Bessedik alimentent fantasmes et rumeurs. L’attachement qu’ils ont pour la discrétion et le secret participe à épaissir encore davantage le mystère qui les entoure ».

Les hommes à tout faire du président al-Khelaïfi ?

«  Ahmed est le rouage essentiel. (…) Avant de faire la connaissance de Nasser al-Khelaïfi et de faire partie du cercle de ses intimes. Ahmed Bessedik était agent de vente dans la télésurveillance au milieu des années 1990, il s’initie à l’univers des assurances avant de se reconvertir dans la revente des véhicules en France et en Algérie, où il compte aujourd’hui encore de solides réseaux », indique la même source.

A ce jour, personne n’est capable d’affirmer quels rôles ils occupent, ni de mettre un visage sur ces hommes de l’ombre. Ils ne s’affichent pas, ils ne parlent pas à la presse, ils ne tressautent pas dans les gradins, ils sont plutôt du genre à chuchoter à l’oreille de Nasser al-Khelaïfi, Kylian Mbappé et Lionel Messi.

On se demande bien dans quelle langage ils leur parlent. De l’arabe, du français, de l’espagnol ou simplement celui, précieux, qui fabrique des légendes : professionnalisme, rigueur et discrétion.

 

 

Quitter la version mobile