Les tarifs des billets jugés exagérés et la manque de professionnalisme chez les deux compagnies publiques, suscitent l’indignation de la diaspora algérienne. Nombreux usagers racontent leurs mésaventures sur les réseaux sociaux et appellent tout simplement, à boycotter Air Algérie et Algérie Ferries.     

Les prix des billets jugés exorbitants comparés à ceux appliqués par les pays voisins, Maroc et Tunisie, n’est pas la seule raison de la colère des voyageurs algériens. En effet, selon les témoignages recueillis,  le mauvais accueil, le manque de professionnalisme et la mauvaise gestion au sein des agences commerciales ont fini par faire fuir plus d’un client.

Dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, un algérien établi en France lance un véritable, coup de gueule. Il appelle les voyageurs algériens à Boycotter les deux compagnies nationales.

« Regardez les prix des billets d’avion et les prix de billets de bateau ! Un billet de bateau Marseille-Alger à 1000 euro par personne ! (….) Moi, je dis aux Algériens, il faut boycotter Air Algérie et Algérie Ferries. C’est quoi ces entreprises qui nous prennent pour des vaches à lait ! » S’est-il indigné. L’internaute interpelle par ailleurs, les autorités algériennes pour intervenir et régler ce problème.

La mésaventure d’une passagère avec Air Algérie

Une autre expatriée algérienne vivant à Marseille, a partagé également sa mésaventure avec  la compagnie aérienne nationale. Dans une vidéo partagée sur Facebook, la femme explique qu’il s’agit de sa mère qui est partie en Algérie au lendemain de l’Aid el-Fitr à bord d’Air Algérie pour un aller-retour (le 3 mai et fin juin). « Pour une raison x ou y, elle (sa mère) a souhaité modifier son billet retour pour revenir plutôt, » raconte-t-elle.

La ressortissante algérienne a alors, contacté les services d’Air Algérie, qui lui répondent favorablement et lui donnent un rendez-vous pour embarquement.  « Le samedi, elle est prête à embarquer. Passeport, douane, bagages, test PCR … tout est validé et elle est de l’autre côté. Mais au moment de monter dans l’avion, on lui dit qu’elle n’a pas de place ».

« Allah Ghaleb ! »…

La passagère retourne donc, bredouille à la maison. Sa fille qui se trouve en France, aussi. « Moi je suis allée à Marignane pour la chercher. Pour rien ! », Déplore-t-elle. Cette dernière confie que ce n’était que le début.  Puisque la compagnie nationale contacte encore une fois, la passagère l’invitant à se présenter à l’aéroport.  « Lundi, elle arrive à l’aéroport et on lui dit qu’il n y’a pas d’avion. Allah Ghaleb ! ».

Le lendemain encore, la passagère est invitée à embarquer à bord d’un avion d’Air Algérie. Elle part encore à l’aéroport d’Alger et ne trouve pas encore, une place. « On m’explique alors qu’Air Algérie fait de la surréservation. Du coup, quand vous avec un billet, ce n’est même pas dit que vous ayez votre place », s’exclame la ressortissante algérienne qui a dû faire une autre réservation sur une autre compagnie pour permettre à sa mère de partir en France.