Les témoignages accablant la compagnie maritime de transport de voyageurs, Algérie Ferries, n’en finissent pas. Pratiquement, chaque traversée apporte son lot de critiques. Cette fois, c’est une passagère de la desserte Alicante-Oran qui a tenu à manifester son amertume à cause des conditions du voyage.

Il faut dire que cette traversée a été marquée, jeudi 7 juillet, par plusieurs incidents. Une pagaille indescriptible a été enregistrée, au niveau du port d’Alicante, avant même que le bateau ne se mette en mer. Des clients de la compagnie maritime ont été malmenés par les services de l’ordre espagnols, appelés en renfort par les agents de sécurité de l’enceinte portuaire pour faire évacuer les lieux.

Selon l’ancien député de l’émigration Noureddinne Belmeddah, des clients d’Algérie Ferries qui n’étaient pas enregistrés pour cette traversée se sont présentés au port pour embarquer. Le commandant de bord du navire Tariq Ibn Ziyad a alors demandé, explique la même source, aux responsables de port de laisser embraquer 200 voyageurs supplémentaires. Chose que ces responsables avaient catégoriquement refusé. C’est ainsi que des échauffourées ont ensuite éclatés.

Les passagers qui ont pris le bateau ont cru après leur départ qu’ils pouvaient enfin souffler à la suite cet incident. Mais leur voyage, s’est-il avéré, n’a pas été de tout repos. C’est du moins ce qu’a affirmé l’une des passagères. « Petit retour du voyage Alicante Oran 7/07. Aucun point positif, à part une chose : al hamdoulillah, on est arrivé », a-t-elle en effet ironisé dans une publication sur les réseaux sociaux.

« Catastrophe »

« Que des péripéties […] démarrage vers 3h30 arrivée à 13h. Un décès (Allah y rahmo).  Des bruits de couloir, comme quoi il y a soucis avec le bateau. Makla (nourriture) dégueulasse », détaille-t-elle.

Cette dernière fait état, en outre, de bousculades à l’arrivée au niveau du bateau. Elle a affirmé d’ailleurs qu’elle a failli tomber au niveau des escaliers du garage. « Catastrophe », résume-t-elle en un mot.

Lire aussi : La colère des Algériens de France privés de l’Aïd al-Adha au bled