En cette saison estivale, les ressortissants algériens font des pieds et des mains pour trouver une place afin de rentrer au pays. Face à la forte demande des voyageurs, les compagnies de transport sont débordées et les prix des billets flambent. Pour les experts en la matière, la solution est d’aller vers une ouverture totale des frontières algériennes.

C’est le cas du député de l’émigration, Abdelouahab Yagoubi, qui pense qu’il est temps « d’ouvrir complètement les frontières ». Dans une publication postée sur sa page Facebook, le parlementaire appelle les autorités algériennes à prendre cette décision. « N’est-il pas temps pour une ouverture totale des frontières ! », interpelle-t-il.

Le membre de la commission des affaires étrangères à l’APN réclame également le lancement de nouveaux vols internationaux et la réouverture des aéroports algériens fermés jusqu’ici. « Nous attendons toujours l’ouverture des vols depuis Metz et Bordeaux et des vols internationaux depuis et vers les aéroports de Chlef, Sétif, Biskra, Batna et El Oued » a-t-il écrit.

Autoriser les lows cost dans un marché Open Sky

Concernant les prix des billets, le député estime qu’il « ne seront ajustés qu’en autorisant les transporteurs à bas prix dans un marché Open Sky ». Pour Yagoubi, l’équation est simple, l’Algérie devra  libérer le secteur du transport aérien pour promouvoir la concurrence entre les compagnies afin de mieux servir les Algériens.

Ce n’est pas la première fois que le député des Algériens du nord de la France appelle à la réouverture des frontières. En mai dernier, il avait appelé « solennellement le gouvernement à accélérer l’application des instructions du président de la République pour réviser les prix des billets et augmenter le nombre des dessertes ».

Abdelouhab Yagoubi fait de l’amélioration du secteur de transports aériens et maritimes, l’une de ses préoccupations majeures depuis son élection en tant que député à l’APN. Il a notamment proposé un ensemble de mesures pour réduire les prix des billets à destination de l’Algérie et améliorer les conditions de voyages.