Les hôtels et autres infrastructures touristiques tunisiens ont revu leurs tarifs à la baisse. Cette décision a été entreprise afin d’attirer les touristes algériens qui ne bousculent pas, du moins pour le moment, devant les frontières algéro- tunisiennes. 

L’Algérie a réouvert ses frontières terrestres avec la Tunisie, le 15 juillet dernier. Cette annonce, tant attendue, a suscité la joie des ressortissants des deux pays. En Tunisie, ce sont surtout les gérants des hôtels, des restaurants et des lieux de loisirs entre autres, qui ont le plus applaudi cette nouvelle synonyme, pour eux, d’une saison estivale fructueuse.

Ils se sont en effet frotté les mains espérant que les Algériens allaient se rendre en masse dans leurs pays. Selon des témoignages, beaucoup de gérants n’ont pas hésité à augmenter leurs tarifs par rapport à ceux pratiqués avant la crise sanitaire.

Les Algériens ne se bousculent pas devant les frontières

Cela n’a pas été sans conséquences pour les agences de voyages algériennes qui ont haussé leurs prix. Les résultats étaient inévitables : les touristes algériens ne se bousculaient pas au portillon. Pour eux, un séjour en Tunisie coûte désormais trop cher.

Grande en effet étaient la déception des gérants d’hôtels, mais aussi des autorités tunisiennes en constatant le peu d’engouement que la réouverture des frontières a suscité concrètement auprès le Algériens.

Point de longues files d’attente au niveau des points de passages frontaliers, contrairement à ce qui a été attendu. On est en tous cas encore loin du 1 millions de touristes algériens attendus en Tunisie, comme cela a été annoncé.

Cette situation peut être expliquée par plusieurs paramètres dont le protocole sanitaire de lutte contre le coronavirus imposé aux passagers. Ces derniers sont appelés en effet à présenter un justificatif attestant avoir reçu une vaccination complète anti-Covid de moins de 9 mois et un test PCR négatif de moins de 48 heures.

Les gérant des hôtels revoient leur copie et attendent…

Mais la chose qui a dissuadé beaucoup d’Algériens souhaitant se rendre en Tunisie, reste incontestablement les prix pratiqués. Ayant pris certainement conscience de cet état de fait, les responsables des différents hôtels des villes touristiques tunisiennes ont pris la décision de baisser leurs tarifs.

Ces derniers espèrent que cette décision aura l’effet escompté et incitera les Algériens à aller en Tunisie. Il reste encore un mois pour la clôture de la saison estivale, et le professionnels du secteur du tourisme tunisien nourrissent toujours l’espoir faire le plein après avoir raté deux saison consécutives à cause du Covid-19.

Lire aussi :