Les prix des billets sur les traversées Espagne – Algérie flambent à nouveau. La forte demande et le manque de places font profiter aux compagnies espagnoles. Le programme d’Algérie Ferries, qui opère sur la route maritime Oran – Alicante, affiche complet jusqu’au mois de septembre 2022. Balearia et Trasmediterránea ont désormais le monopole sur cette liaison maritime.

Les deux compagnies maritimes espagnoles profitent de la forte demande des voyageurs Algériens en ce début de saison estivale et l’approche de l’Aid al-Adha. Chez Balearia et Trasmediterránea, les billets se vendent à 797 euros pour un voyageur en cabine. C’est du jamais vu sur la liaison maritime Espagne – Algérie. De quoi provoquer la colère des voyageurs algériens qui doivent peut être renoncé à leur voyage au pays.

Les compagnies maritimes auraient procédé à une mise à jour des prix des billets pour les traversées Almeria – Ghazaouet, Almeria et Oran et Valence Mostaganem. Les deux lignes au départ d’Almeria sont opérées par Trasmediterránea alors que Balearia assure la traversée Valence – Mostaganem. Pour Algérie Ferries qui assure Alicante – Oran, toutes les places sont prises jusqu’en septembre 2022.

Chez Balearia qui assure le voyage entre Valence et Mostaganem, des billets sont disponible pour la traversée du 23 juillet 2022. Le prix du billet pour un seul voyageur en cabine sans voiture est de 797 euros. Le billet le moins cher est à dénicher sur le trajet du 30 juillet 2022 pour une personne sans voiture. Le prix est de 502 euros. Quant au voyageur avec voiture, le prix du billet s’élève à 1022 euros.

Plus de billets pour l’Aid al-Adha

Le pire est que ces compagnies informent les voyageurs qu’il n’y a pas de billets disponibles pour la période d’avant l’Aïd al-Adha. Néanmoins, les prix repartiraient à la baisse au mois d’août, puisque le prix du billet entre Almeria et Oran est proposé à 175 euros.

Les membres de la communauté algérienne en Europe notamment en Espagne ont vivement critiqué les tarifs pratiqués par ces compagnies. Des prix qu’ils jugent « déraisonnables et impossibles ». Les expatriés interpellent les autorités algériennes afin d’intervenir pour leur permettre de se rendre au pays.

De son côté, le député de l’émigration Fares Rahmani a confirmé dans une déclaration au site arabophone Echorouk,  qu’un nombre importants d’expatriés ne peuvent pas se rendre en Algérie en raison du manque de places sur les bateaux et les avions. Le parlementaire appelle d’ailleurs, le ministère des Transports à augmenter le nombre de traversées depuis l’Espagne. Ce qui reste le seul moyen selon lui, pour répondre à la forte demande de la diaspora.