Les navires d’Algérie Ferries et de Corsica Linea à destination de l’Algérie partent depuis le port de Marseille. En raison du nombre important des passagers qui attendent dans le parking et à l’intérieur de l’infrastructure, le port de Marseille a décidé d’appliquer de nouvelles mesures.

Selon une source au sein de l’entreprise portuaire contactée par Algérie-Expat, les passagers non-détenteurs de billets de bateau ne sont plus autorisés à accéder au port. Les listes d’attentes sont également interdites et aucune vente de billets sur sites n’est tolérée.

Seuls les passagers détenteurs de billets de bateau datés du jour peuvent entrer au port pour embarquement. L’accueil des passagers piétons d’Algérie Ferries et Corsica Linea à destination de l’Algérie au port de Marseille se fait depuis la gare maritime de la Major. Les passagers avec véhicules passent par la porte 3.

Ces nouvelles restrictions d’accès au port interviennent suite à des scènes de dizaines de passagers  notamment Algériens qui attendent pendant des heures sur le parking du port. Ces voyageurs qui viennent des quatre coins de l’Europe à la quête d’un billet d’embarquement.

Passagers bloqués au port de Marseille

Au début de mois de juillet, des centaines de passagers se sont retrouvés bloqués au port en raison de perturbations dans le programme de traversées d’Algérie Ferries. Ces passagers ont été laissés en rade après le report ou l’annulation de leurs voyages sans qu’ils soient avisés.

Le vendredi 1er juillet, un drame s’est produit dans un ferry de la compagnie maritime algérienne stationné au port de Marseille. Un passager avait trouvé la mort suite à un arrêt respiratoire quelques temps seulement après son embarquement.

Le député de la diaspora Abdelouahab Yagoubi a d’ailleurs, fustigé les conditions d’accueil, de contrôle, d’embarquement et de voyage au port de Marseille. « Après avoir subi des annulations aléatoires, et séjourner deux jours au port de Marseille, l’humiliation continue à bord du navire, sans prise en charge des clients », a –t-il écrit le 1 juillet dernier.