L’été c’est la saison de la grande évasion par excellence. En Algérie, elle est aussi et surtout synonyme du retour des émigrés au bled, pour y passer quelques jours de vacances avec leurs familles. Histoire de se ressourcer. De retrouver le temps de quelques jours, la terre qui les a vu grandir pour certains et le pays de leurs ancêtres pour les autres, ceux qui sont nés en France en l’occurrence.  

Certains ressortissants algériens ne rateront leur séjour au pays pour rien au monde. Ils ont dû cependant en faire l’impasse l’année dernière et celle d’avant à cause de la crise sanitaire, qui avait entrainé la fermeture des frontières et la suspension des vols et des liaisons maritimes.

Cette année, la situation liée au coronavirus s’est nettement améliorée. Les vols et les traversées ont repris, permettant ainsi aux émigrés d’entrer au pays. Air Algérie et Algérie Ferries, ainsi que les transporteurs aériens et maritimes étrangers, ont connu d’ailleurs de fortes affluences durant ces dernières semaines.

Tout pour retrouver le pays en été

Les vols et les traversées au départ de la France notamment, pays qui abrite la plus importante communauté algérienne à l’étranger, affichent pleins pour toute la saison estivale. Les émigrés, c’est connu, réservent leurs places pour leur voyage estival à destination de l’Algérie durant le mois de mai au plus tard.

Il faut dire que cette année, les choses se sont compliquées à cause de la conjoncture actuelle. Il y a lieu de souligner qu’Air Algérie et Algérie Ferries n’ont pas encore repris complètement leurs programme d’avant la crise sanitaire. Par conséquent, l’offre n’est pas conséquente pour prendre en charge la forte demande.

2022, une année pas comme les autres pour les émigrés algériens

Certains ressortissants algériens ont été contraints d’ailleurs, bien malgré eux, d’annuler leurs vacances en Algérie cette année encore. Ceux qui ont eu la chance de réserver, que ce soit sur Air Algérie ou sur Algérie Ferries, ont dû faire face aux aléas du voyage qui leur ont mené la vie dure.

En plus de la qualité du service jugé décevante, les passagers ont fait face à de longues attentes que ce soit aux ports ou aux aéroports en Algérie et en France. Mais ces désagréments sont vite oubliés une fois leur séjour entamé auprès des leurs et sur leur terre natale.

Lire aussi : Tebboune annonce une nouvelle hausse des vols et des traversées