Le gouvernement espagnol, par le biais de son ministre des Affaires étrangères, a réagi à l’information relative à la suspension de l’Algérie de ses voyages touristiques vers son pays. Dans des déclarations à la presse, lundi 20 juin, José Manuel Albares a affirmé que l’Espagne n’a pas eu vent de cette décision. 

Une information faisant état de la décision de l’Algérie de suspendre les voyages touristiques vers l’Espagne a circulé sur les réseau sociaux au début de cette semaine. Des sources médiatiques avaient indiqué que les agences de voyage algériennes ont reçu l’ordre de suspendre les réservations vers l’Espagne.

Le gouvernement espagnol n’a pas tardé à réagir à cette information. Dans des déclarations à la presse qui l’interpellait lundi sur le sujet, le ministre des Affaires étrangères du Royaume a affirmé que son pays n’est pas au courant de cette décision.

« Nous ne sommes pas au courant »

« Nous ne sommes pas au courant, nous avons vérifié et cela vient d’une communication d’une autorité locale », a déclaré le ministre. Soulignant ainsi qu’il n y a « aucune confirmation que l’Algérie suspende ses relations touristiques avec l’Espagne, émanant des autorités algériennes ».

Mais, a t-il ajouté, « s’il s’avère qu’il s’agit d’une mesure, et je ne veux rien anticiper du tout, nous agirons comme nous avons agi avec la décision précédente », a rapporté lundi la télévision espagnole RTVE.

Notons pour rappel que l’Union nationale des Agences de Tourisme et de Voyages (UNATV) a également démenti cette information. Dans un communiqué publié lundi, cette organisation a affirmé que les agences n’ont été destinataires d’aucune instruction de geler les réservations vers l’Espagne.

Il s’est avéré en fait, que cette note qui a fait tant de tapage a été l’œuvre de la direction du Tourisme de la wilaya de Bouira qui avait effectivement instruit les agences de voyage locales de suspendre les réservations vers l’Espagne. Cette direction s’est vite rétractée d’ailleurs en retirant la note.