En l’absence de dispositifs pour les assister ou les rapatrier, l’ambassade d’Algérie en Ukraine a indiqué aux ressortissants algériens de se protéger ! En attendant de jours meilleurs, des jeunes algériens vivant en Ukraine ne se découragent pas, il leur reste les réseaux sociaux pour survivre…

“Compte tenu des développements dangereux en matière de sécurité en Ukraine et de la déclaration de la loi martiale, les citoyens algériens présents dans ce pays doivent respecter les instructions des autorités ukrainiennes, notamment celle de rester à la maison sauf en cas d’absolue nécessité,” lit-on dans le communiqué de l’ambassade d’Algérie à Kiev.

Face à l’offensive militaire que mène la Russie en Ukraine, les ressortissants algériens sont coincés. L’Algérie a appelé ses citoyens en Ukraine à rester chez eux, suite à l’intervention militaire russe qui a débuté tôt jeudi. Depuis l’Ukraine, des jeunes algériens sont bouleversés face à cette situation de guerre. Ils l’ont fait savoir via les réseaux sociaux et parlent de l’opération militaire russe.

C’est une vraie guerre !

“On assiste vraiment à une guerre réelle. Certes, on ne voit pas de soldats russes avec leurs uniformes sur le terrain, mais des avions si. Par contre, il y a des groupes de mercenaires, à la solde de la Russie, qui circulent en ville, ils sont connus. Ces derniers sont en effet engagés au service de Moscou, ils sont visibles avec leur voitures 4×4 et leur tenue spéciale”, dira Nazim Damache, étudiant algérien établi en Ukraine joint ce vendredi par la chaîne Ennahar TV.

Et d’ajouter : “Les attaques sont bien étudiées et guidées. Ce sont les casernes qui sont ciblées. Les russes veulent détruire les infrastructures miliaires, mais sans porter atteinte aux civils pour le moment. Par contre, côté militaire, il y a beaucoup de décès à déplorer. On entend même leur cris suite aux blessures et coups d’explosifs”.

De son côté, un autres ressortissant algérien de Kabylie, dans une vidéo postée sur Facebook, a lui aussi fait part de ses inquiétudes et n’a pas caché sa stupéfaction face à ces scènes inhabituelles.

Ils sont livrés à eux-mêmes…

Concernant le dispositif d’assistance et le numéro vert, le jeune Nazim dira que “c’est vrai qu’ils ont mis à notre disposition un numéro vert, mais quand on appelle la journée, aucune réponse au bout du fil ! Par contre, la nuit, c’est le gardien qui nous répond, donc à mon sens, ce n’est plus un numéro d’assistance. Tout de même, malgré cela, on n’est pas abandonnés pour autant, ils nous fournissent des instructions et des consignes sur le site internet”.

En effet, depuis plus de deux semaines déjà, au début des tensions entre la Russie et l’Ukraine, l’ambassade d’Algérie à Kiev a informé les ressortissants algériens de la mise en place d’un numéro vert et leur a recommandé de prendre des mesures de protection et de quitter le pays si nécessaire.

Pour le moment, rien à signaler !

“Comme consignes, ils nous ont conseillé de rester chez soi, ce sont les instructions même du président ukrainien. A défaut, rejoindre les bouches de métro pour se mettre à l’abri. Aussi, le métro est gratuit pour permettre l’évacuation vers la grande gare qui dessert vers les grandes villes non touchées. Tout le monde prend la fuite vers l’Ouest, dans les villes plus au moins sûres pas trop visées, notamment celles frontalières avec la Pologne”, a tenu d’expliquer l’étudiant algérien.

Et de préciser : “Je ne peux vous dire tout ce qui se passe ici, je n’ai pas toutes les informations en ma possession, notamment en ce qui concerne notre communauté. Par contre, je peux vous annoncer que 60% des ressortissants algériens ont pu quitter Kiev, donc ils ont à l’abris. Aucun n’est porté blessé, il y a seulement un ressortissant irakien déclaré mort. Par contre, coté militaire, il y a beaucoup de décès à déplorer”.

Que les attaques cessent…

La seule chose que souhaitent les ressortissants algériens est que ces attaques cessent. Pour le moment, il leur reste seulement les réseaux sociaux comme moyen pour remercier ceux qui s’inquiètent pour eux et les contactent pour prendre de leurs nouvelles.

De leur côté, ces jeunes font savoir et fournissent régulièrement en informations leur entourage concernant l’évolution de cette situation inquiétante. Histoire de garder contact et sentir la vie au milieu des bombardements.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici