La franco-algérienne, Ouassila Kharoune, est assassinée jeudi dernier à Ouagadougou. Artiste, scénographe et réalisatrice, sa mort est survenue à quelques heures avant la première représentation de sa nouvelle pièce. Le spectacle de la générale sera en son hommage aujourd’hui au Bourkina Faso.

La documentariste franco-algérienne Ouassila Kharoune, a été retrouvée morte chez elle dans la nuit du 2 au 3 mars 2022. Elle résidait à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, dans le cadre de ses projets. Selon les premiers témoignages, un voleur voulait lui subtiliser son sac. Face à sa résistance, l’agresseur lui a asséné un coup de couteau mortel.

Alertée, la gendarmerie a réalisé les constatations, mais les circonstances du drame, jusque-là, n’ont pas été révélées. Selon une note du consulat général de France à Ouagadougou, la famille de la victime a été prévenue par les soins de la gendarmerie nationale française. Une enquête a été ouverte par la police locale.

Installée au Burkina Faso depuis une dizaine d’années, Ouassila Kharoune a pris part à plusieurs activités culturelles au pays. La défunte aimait l’Afrique et les Africains. Elle travaillait aussi sur des spectacles, des festivals, des films, pour des clients ou sur ses propres créations.

Spectacle en hommage à Ouassila Kharoune

Impliquée dans tout ce qui touche à la Création et à l’Engagement, comme elle aimait se définir, Ouassila Kharoune était une artiste aux multiples visages. De la scénographie au film d’animation, du graphisme à la construction de décors, de l’illustration au montage vidéo : spectacles, films, festivals, documentaires. On l’a surnommée « une touche à tout ».

Depuis février 2022, elle travaillait sur la scénographie du spectacle de conte théâtralisé « J’ai une idée ». Son entourage et ses amis sont sous le choc, car la jeune artiste n’aurait même pas la chance de s’autocritiquer après la toute première représentation de l’œuvre scénographique qu’elle a créée ! Elle a été agressée à quelques heures des répétitions de sa dernière pièce, mais les acteurs ont tenu tout de même de la jouer.

Le spectacle « J’ai une idée » est programmé pour le 5 mars 2022 à l’Institut Français de Bobo-Dioulasso, deuxième grande ville et capitale économique du Burkina Faso. Malgré cette tragédie, le spectacle a été maintenu, car l’équipe estime que c’est la meilleure façon de rendre un vibrant hommage à Ouassila Kharoune.