Les vols de Air France et sa low cost Transavia avec l’Algérie risquent d’être perturbés ou bien tous simplement, annulés samedi 25 juin. En raison, les pilotes des deux compagnies ont déposé un préavis de grève pour cette date. Les voyageurs algériens ayant réservé pour cette date devront s’inquiéter.

Air France et sa filiale low cost Transavia risquent de connaitre de sérieuses perturbations sur leurs vols, voire même des annulations samedi 25 juin. Les pilotes des deux compagnies comptent faire grève. Ils dénoncent une « dérive de la sécurité des vols » en raison de la fatigue des équipages.

Un préavis de grève des pilotes

Le très puissant syndicat des pilotes Alter indique avoir informé les directions d’Air France et de Transvida France « sous forme de préavis de grève. » Les pilotes appellent à ce que « des mesures d’urgence soient prises pour rééquilibrer la balance entre les profits souhaités et un niveau de sécurité des vols digne de nos deux compagnies ».

Le syndicat déclare que les salariés d’Air France et Transavia, « ne pouvons pas accepter le niveau actuel de sécurité des vols. Face au refus de débattre de nos demandes en matière d’amélioration de sécurité, notre direction générale ne nous laisse pas d’autres choix que d’appeler à la grève le 25 juin 2022, afin de forcer une réelle prise de conscience ».

Air France et Transavia en force en Algérie

Les deux compagnies françaises desservent l’Algérie depuis la France. Transavia propose actuellement, deux vols Paris Orly-Tlemcen et Montpelier-Oran. Alors que Air France assure pas moins, de 29 vols par semaine pour le moment, avant de porter ce nombre à 48 liaisons hebdomadaires à partir du lundi 4 juillet 2022.

La compagnie française opère ses vols de et vers deux aéroports algériens seulement. A savoir l’aéroport international d’Alger et l’aéroport d’Oran qui relient Paris, Marseille et Toulouse.

A noter que Transavia a dans une sortie inédite, répondu à un internaute qui l’a interpelé sur la hausse des prix de ses billets vers l’Algérie. La filiale d’Air France a justifié la cherté des titres de transports par la forte demande.

« Sachez qu’il y a beaucoup de paramètres qui définissent le prix d’un billet, et l’offre et la demande y jouent un rôle important », a écrit le service de communication de Transavia. Et d’ajouter « la demande pour les vols vers l’Algérie est très élevée en ce moment, alors que peu de vols sont autorisés ».