Investissement de la diaspora en Algérie : pourquoi ça bloque ?

0
Alger - Algérie
Alger - Algérie

Profitant de son passage sur Radio Internationale, Abdelwahab Yakoubi revient sur le volet économique et les opportunités d’investissement en Algérie. Selon le député de la diaspora, les expatriés algériens aspirent à investir dans plusieurs domaines en Algérie.

Le député de la diaspora revient avec détails, sur l’apport des compétences algériennes à l’étranger. Dans un nouveau numéro de l’émission “Hors frontières”, sur Radio Internationale, le député de l’immigration est revenu sur les postes clés qu’occupent l’élite de la diaspora algérienne à l’étranger.

M. Yakoubi a exprimé le désir des expatriés algériens à participer au développement de l’économie nationale. Le député a néanmoins soulevé certains obstacles qui entravent cette volonté. “Nos représentations consulaires doivent être à la hauteurs des attentes de notre diaspora, notamment en matière de service et du traitement des demandes et doléances exprimées par nos émigrés”, insiste-t-il.

L’Algérie “un énorme chantier”

Abdelwahab Yakoubi est revenu aussi sur les opportunités d’investissement en Algérie qu’il considère comme étant “un énorme chantier” où il y a beaucoup de choses à faire. Toutefois, cela est subordonné à l’amélioration de l’environnement des affaires aussi bien en Algérie que pour les Algériens établis à l’étranger.

M. Yakoubi a confirmé avoir proposé un certain nombre de projets aux responsables en Algérie. A l’instar des projets liés au secteur du transport aérien privé, un hôpital pour les maladies cancéreuses ainsi que la production de lait. Beaucoup d’opportunités se présentent afin de développer les services et l’économie nationale.

“Une sorte de “mafia” qui bloque”

Toutefois, tout ne marche pas comme souhaité faute de moyens, mais aussi d’une réelle volonté de blocage et sabotage. A cet effet, le député pointe du doigt certaines “parties occultes” qui empêcheraient “la concrétisation et l’application des consignes du Président de la République”.

“Le président de la République, dans toutes ses sorties, rencontre les représentants de notre communauté établie à l’étranger. Il s’intéresse et veille à ce que nos doléances et demandes soit prises en considération. Mais malheureusement, il y’a une sorte de “mafia” qui bloque et entrave toute sorte d’initiative”, regrette-t-il.

“La diaspora algérienne est un vrai poumon pour l’économie nationale”

Le représentant Abdelwahab Yakoubi a également évoqué un certain nombre de préoccupations soulevées par la communauté. Il a réitéré la disposition des expatriés algériens à venir investir dans leur pays d’origine. Le député de l’immigration évoque certaines lacunes entravant l’activité économique. Pour lui, “la diaspora algérienne est un vrai poumon pour l’économie nationale”.

Le parlementaire rappelle la disponibilité et la bonne volonté des agents et responsables des représentations consulaires. Pour lui, ces derniers veillent toujours à répondre favorablement aux préoccupations et problèmes des Algériens à l’étranger.

“il faut qu’il y ait un accompagnement effectif”

Yakoubi soulève certaines pratiques révolues, qu’il faudrait revoir pour permettre une vraie relance. A titre d’exemple, parmi ses propositions, prévoir des ateliers de travail entre les spécialistes financiers et les représentants de la communauté algérienne à l’étranger pour revoir tout ce qui ne va pas, notamment en matière d’investissement.

“De notre côté, nous proposons des solutions et des alternatives pour s’en sortir, mais malheureusement, les démarches et les procédures ne sont suivent pas, le rythme et la manière d’agir laissent à désirer”, lance Abdelwahab Yakoubi..

En outre, cela passe par le projet de loi sur l’investissement que l’invité de Radio International a évoqué. “Par exemple, le système banquier et financier algérien est en retard comparé à celui des autres pays européens. C’est bien de parler d’investissement. Mais il faut qu’il y ait un accompagnement effectif pour les porteurs de projets et les investisseurs”, dira-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici