Connu pour ses positions « racistes » envers les étrangers, notamment ceux venus d’Algérie, Eric Zemmour campe sur ses positions concernant l’immigration. Il n’a cessé de de multiplier des déclarations à l’encontre de l’Algérie depuis l’annonce de sa candidature pour les prochaines élections en France. 

Éric Zemmour veut remettre à plat les accords migratoires convenus il y a soixante ans avec l’Algérie. Le candidat à l’élection présidentielle s’engage à établir avec l’Algérie une relation «de respect et non de repentance».

Se débarrasser de la rancune qui perdure

Eric Zemmour tacle les dirigeants algériens qui ont tout fait pour faire perdurer cette rancune, qui selon lui fait partie même du récit national algérien d’une «guerre de libération». Il cite le passage de l’hymne algérien : «Ô France ! voici venu le jour où il te faut rendre des comptes», chanter encore, 60 ans après l’indépendance, regrette-t-il.

«Il y a 60 ans jour pour jour, la signature des accords d’Evian marquait l’arrêt officiel des combats d’une guerre d’Algérie que la France avait gagnée, mais qu’elle ne voulait plus mener. La paix qui s’en est suivie n’en a jamais vraiment été une. Ce sont des milliers d’Européens et des dizaines de milliers de harkis qui furent enlevés, torturés, assassinés dans les semaines et mois qui suivirent.», a-t-il déclaré

Immigration : il revient sur l’accord migratoire de 1968

Zemmour est revenu aux accords migratoire de 1968 qu’il assimile à des passe-droits migratoires d’un autre temps. A cet effet, il veut les remettre en cause, car porte préjudice à plus d’un titre à la France. Pour lui, aucun gouvernement n’a osé revenir sur l’accord migratoire de 1968, même si beaucoup l’ont envisagé. Dans le prolongement des accords d’Evian, la ces accords avec l’Algérie permettent de faciliter l’immigration algérienne.

Zemmour promet qu’une fois élu Président de la République, il mettra définitivement fin aux privilèges migratoires exorbitants des Algériens : «Depuis, la France n’a fait que battre sa coulpe devant des dirigeants algériens souvent arrogants, qui n’ont cessé, eux, d’agiter le ressentiment anti-Français, chez eux, mais aussi chez nous. Car des millions d’Algériens et descendants d’Algériens sont venus sur notre sol, en vertu des accords particuliers entre la France et l’Algérie permettant de faciliter leur immigration massive.»

« La porte de l’assimilation sera toujours ouverte »

Zemmour réitère encore une fois ses origines tout en insistant sur l’assimilation qui lui est très chère. Il donne l’exemple de ses parents qui sont venus d’Algérie, mais qui se sont assimilés, ils ont chéri cette France qui leur a tout donné. A son tout, il veut perpétuer aujourd’hui ce qu’ils lui ont transmis. Pour lui, la porte de l’assimilation sera toujours ouverte, mais pas avec ceux qui souhaitent rester en France en continuant dans la voie du ressentiment et du rejet, ils ne seront plus les bienvenus.

«Dès l’été de mon élection, je me rendrai au Maghreb. En commençant bien sûr par l’Algérie, j’entamerai une tournée pour remettre à plat nos relations et affirmer notre position : le respect, pas la repentance. Je veux une France forte qui s’assume et s’affirme à nouveau comme une puissance méditerranéenne. Dans un dialogue de vérité, 60 ans après son indépendance, je traiterai l’Algérie en État mature, comme tous les autres pays du monde, considérant que de part et d’autre nous sommes définitivement défaits du lien colonial.», a-t-il tenu de rappeler.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici