Prés d’un million de personnes ont déjà fui l’Ukraine, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Après une semaine de l’invasion russe, les expatriés algériens dont la plupart sont étudiants tentent toujours de fuir le pays. Certains ont réussi la traversée pour les pays voisins comme la Roumanie et la Pologne. Mais nombreux d’entre eux, ont eu beaucoup plus de mal à traverser la frontière polonaise depuis l’Ukraine, selon leurs propres témoignages.

Alors que des centaines de milliers de personnes tentent de rejoindre vaille que vaille les pays voisins, les accusations de comportements racistes aux frontières se sont multipliées ces derniers jours.  L’Ukraine et la Pologne ont très vite, nié l’accusation de racisme. Mais, les témoignages sont nombreux et accablants.

Sur les réseaux sociaux, des vidéos partagées sous le hashtag #AfricansinUkraine montrent des scènes de fortes tensions et des Africains empêchés de monter à bord de trains quittant le pays. C’est le cas de M. Rabah, étudiant algérien en informatique qui raconte à Algérie Expat, sa longue traversée.

« C’était un cauchemar »

« C’était un cauchemar, franchement, les policiers n’ont pas du tout été sympas avec les étrangers, surtout les Noirs et les maghrébins. On nous insultait par tous les noms. Les étrangers sont mis à l’écart. Personne ne s’approche de nous, c’était très difficile », relate l’étudiant de 24 ans.

Rabah dit avoir attendu 72 heures en vain pour être autorisé à passer en Pologne. Finalement, il a réussi à rejoindre un groupe de compatriotes qui s’est organisé à la frontière polonaise.  ils ont ensuite, pu rejoindre la Pologne, non sans difficulté.

« Il y avait deux files, une pour les Européens, l’autre pour les Africains, c’était la panique, les gardes-frontières ukrainiens ont insulté et repoussé les personnes d’origine africaine », raconte le jeune homme par téléphone.

Un vol de rapatriement pour les Algériens

L’Ukraine est une destination prisées d’études à l’étranger. Environ 16 000 étudiants africains y vivent. Face à la multiplication de ce type de témoignages, l’Union africaine (UA) a publié lundi un communiqué en forme de mise en garde. Appliquer un « traitement différent inacceptable » aux Africains serait « choquant et raciste » et « violerait le droit international », ont souligné le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, actuellement à la tête de l’institution, et le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat.

À noter que les autorités algériennes ont programmé un vol spécial pour le rapatriement des algériens ayant fuit l’Ukraine pour Bucarest, en Roumanie. Le départ de cette liaison est prévu à 17h de ce jeudi 3 mars. L’avion devrait atterrir à l’aéroport d’Alger à 20h 15, selon un communiqué de ministère des Affaires étrangères.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici