Beaucoup de jeunes des diasporas portent un intérêt aux questions abordées depuis le début de la campagne présidentielle en France. Oussama Zerrouki, un jeune franco-algérien, s’intéresse particulièrement au réchauffement climatique et la transition écologique. Il détaille ce sujet qu’il estime prioritaire pour les cinq prochaines années.
Natif d’Alger, Oussama Zerrouki a grandi à Marseille avant de s’installer dans la campagne bretonne avec sa femme. Le jeune homme vit en Bretagne à Saint-Brieuc-de-Mauron il y a trois ans avec sa compagne.

Oussama, 29 ans, aspire à un cadre de vie plus tranquille et un environnement plus sain pour élever ses enfants. Un cadre de vie qui détonne avec la manière dont sont représentées les personnes originaires du Maghreb en France. Père de deux enfants, il considère que la transition écologique devrait être l’enjeu principal de cette campagne présidentielle.

« J’ai l’impression qu’on tourne en rond »

Oussama n’a eu aucun problème d’intégration à son arrivée à Saint-Brieuc-de-Mauron. Et sa compagne, qui porte le voile, n’a jamais eu de remarques à ce sujet sur son lieu de travail. « Ce qu’on montre des populations immigrées en France, c’est des gens qui se concentrent dans des grandes villes, souvent dans des cités. Alors que dans les faits, on est beaucoup à vivre dans des petites communes », regrette le Franco-Algérien.

C’est la troisième fois qu’Oussama va voter pour une élection présidentielle. Mais pour celle-ci, le Franco-Algérien considère que « peu importe le sujet, j’ai l’impression qu’on est dans l’urgence, qu’on est dans un moment charnière, qu’il peut y avoir de gros bouleversements selon qui remporte l’élection ». Avant de conclure : « J’ai l’impression qu’on tourne en rond depuis des années. »

« C’est du sensationnalisme »

Bien qu’évoqués dans les programmes des candidats, les enjeux liés au monde rural ne sont pas assez médiatisés, selon Oussama. « J’ai l’impression que l’élection présidentielle ressemble de plus en plus à un concours de popularité qu’autre chose », estime-t-il. « C’est du sensationnalisme et par conséquent, ça détourne de tous les autres sujets qui sont beaucoup plus importants. »

Le Franco-Algérien s’inquiète aussi des conséquences à long-terme du réchauffement climatique. En effet, parmi les sujets qu’il juge importants : le réchauffement climatique et la transition écologique.

L’importance des milieux ruraux

Pour Oussama, tous les secteurs d’activités sont concernés par cette transition et particulièrement en milieu rural. Alors que près d’un tiers de la population française vit en zone rurale, le jeune franco-algérien rappelle que « c’est là qu’est produite la nourriture que mangent les Français. »

Selon lui, la transition écologique démarre en révisant la manière de cultiver les ressources, d’où l’importance des milieux ruraux. « Dans tous les programmes, les candidats parlent de privilégier les circuits courts de consommation, là on est en plein dedans. »

Oussama Zerrouki, ou la voix de diasporas

Le 28 février, le GIEC publiait son dernier rapport, dans lequel il évoque des conséquences directes sur les populations. La plus frappante : d’ici 2050, un milliard de personnes vivant dans des régions côtières seront menacées par la montée des eaux. Oussama voit l’échéance arriver à pleine vitesse. « Ma fille est née il y a un mois, en 2050 elle sera plus jeune que ce que je suis aujourd’hui », fait-il remarquer.

Pour rappel, la chaîne française, TV5MONDE, a choisi de donner la parole à 8 jeunes membres des diasporas, présentes dans le pays. Comme Oussama Zerrouki, ils portent un regard acéré sur les sujets abordés dans le débat public et sur ceux qu’ils aimeraient voir davantage évoqués et discutés. Ainsi, le jeune franco-algérien est intervenu lors du troisième épisode de la série « Voix de diasporas ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici